Méfiez-vous toujours de votre voisin.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [TA] Childhood's End

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
On peut faire d’un cadavre la plus belle des créatures
On peut faire d’un cadavre la plus belle des créatures

Délits : 39
Date d'arrivée : 14/10/2012

Description fédérale
Crime: Faute professionnelle
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: [TA] Childhood's End   Sam 5 Jan - 15:57

100*100 100*100
Je ferais voile sur l'océan, je marcherais cent kilomètres si je pouvais arriver jusqu'au bout, rien que pour voir un sourire. On le voit sur leurs visages, la tristesse dans leurs larmes, le désespoir et la colère, la folie et la peur. Pas d'espoir, pas de vie, juste douleur et peur. Pas de nourriture, pas d'amour, seule la cupidité est là



      Les muscles endoloris d'Anthon le faisaient atrocement souffrir. Il avait l'impression d'avoir été passé à tabac plusieurs heures durant. Ce n'était pas la première fois qu'il passait une nuit entière à réparer un malheureux décousu, mais il ne s'habituait pas aux courbatures qu'elles occasionnaient. Il avait erré depuis l'hôpital en exigeant du repos. Rien ne pressait plus, les prochains patients devraient attendre. Il n'était actuellement pas en état de s'occuper de qui que ce soit – ou de quoi que ce soit, irrémédiablement. Il préférait laisser à son cerveau le temps nécessaire à sa réhabilitation. Un regard succin sur ses mains le conforta dans son idée. Il n'avait même pas pris le temps d'ôter les plaques de sang séché qui y régnaient. Il les passa rapidement sur sa blouse, y assignant de longues trainées rougeâtres, puis s'installa sur un banc, s'y posa, s'y étala. Il ferma les yeux un instant.

      Il dut s'endormir, car lorsqu'il les rouvrit, le soleil était éteint. Il s'étira, maugréa légèrement puis se leva avec douceur. Il lui semblait avoir rêvé de licornes et de hiérophantes. Ou alors de licornes hiérophantes. Ou de hiérophantes zoophiles qui aimaient beaucoup les licornes. Quelque chose dans ce genre-là, de ni très net, ni très catholique, ni très enfantin, en somme. Elle était finie, l'époque où il volait des bonbons pour toute la petite famille et s'en contentait pour le diner. Maintenant, il était adulte. Il devait manger convenablement, vivre convenablement, donner l'exemple, en somme. Il leva la tête sur la grande roue. Ah, la fête foraine. Il y allait, des fois, avec sa famille d'adoption. C'était sympa. Il aimait ça. Est-ce qu'on a encore le droit d'aimer des choses aussi enfantines, quand on est adulte ? Quand on a du sang sur les mains ?

    ▬ Quel bordel.


      Lorqu'il était enfant, il rêvait de ces dimanches sur la plage à chercher des galets, à glisser ses doigts de pieds dans les vagues glaciales qui léchaient ses plaies, tant au corps qu'à l'âme. Maintenant, la "plage" se résumait à un lopin de terre autour d'un lac qui puait la mort et contenait un cadavre au mètre cube. Si on avait la chance d'être seul, un petit détour pouvait y être agréable. Mais on y était rarement seul. C'était le lieu où se réfugiaient remords et peines. Douleurs et vices. Crimes et châtiments. Se confronter au lac, c'était comme purger sa peine, effectuer ses douze travaux.

      Ah, Hercule, la mythologie, les contes. Tout ça, c'était une manière bien sordide d'éduquer ses enfants sans avoir à le faire. C'était une façon de se décharger de toute responsabilité. Sois sage, ou tu auras à faire à ta punition. Si ce n'est pas nous qui te châtions, ce sera une sentence divine que tu recevras... Le hasard fait toujours bien les choses.

      Il eut un sourire bref. Ironiquement, Underland était sans doute ce qui se rapprochait le plus d'un lieu mythologique. Chaque crime a sa finalité. Les criminels sont punis, de la pire manière qu'il soit. Si ceux d'En-Haut avaient un tant soit peu de jugeote, ils se serviraient de cet endroit pour abuser les gens, plutôt que de leur offrir de faux idéaux, de faux rêves, de fausses peurs.
      Underland, c'était l'Enfer. Il n'y avait nul besoin d'être mort pour être blâmé. Il suffisait d'un verdict. Juste ou pas. Peu importait. L'essentiel, c'était la finalité.

      Avant de penser à mourir, il fallait apprendre à vivre.





HEARTLESS
Il en est des médecins comme des avocats. La seule différence c'est que l'avocat se contente de vous voler alors que le médecin vous vole et vous tue par la même occasion.
▬ Tchekhov
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[TA] Childhood's End

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Underland :: RPG – Les alentours :: Le Parc d'attractions-