Méfiez-vous toujours de votre voisin.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Brisons le silence ! [with Aldaric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Laisse-moi dessiner ta noirceur.
Laisse-moi dessiner ta noirceur.

Délits : 2010
Date d'arrivée : 14/08/2012
Age : 22

MessageSujet: Brisons le silence ! [with Aldaric]   Mer 24 Juil - 23:17

Tient ? C'est marrant...Cet arbre...Jack avait l'impression de l'avoir déjà vu quelque part... ainsi que cette pierre, là, par terre... elle ressemblait énormément à celle sur laquelle il avait trébuché quelques instants plus tôt... En même temps, les arbres et les pierres se ressemblaient toutes ici... Mais il avait une impression de déjà vu... Allez savoir pourquoi. Peut-être parce qu'il était déjà passé par ici... Peut-être parce que cette pierre était vraiment celle sur laquelle il avait trébuché tout à l'heure... auquel cas, ça signifiait que ça faisait pas mal de temps qu'il tournait en rond. C'est marrant, il avait pourtant l'impression d'aller en ligne droite. Visiblement non. De toute évidence, il n'avait aucune idée de l'endroit où il était. Enfin si, il était dans les bois d'Underland mais par où il fallait aller pour sortir, ça, mystère. En général, aller tout droit suffit à sortir de ce genre d'endroit, c'est logique. Mais là non. Il faut dire que Jack n'avait jamais été doué pour s'orienter que ce soit en forêt, en ville, en campagne ou même en mer. Bon, il n'avait jamais été sur la mer mais s'il y allait un jour, il s'y perdrait, c'était couru d'avance. Mais bon, ce n'était pas de la faute de Jack si tous ces endroits étaient mal foutus.

Bon, ce n'était pas si problématique de ne pas pouvoir sortir d'ici. L'endroit était calme. Trop calme remarque. Pas un pet de vent. Pas un cri d'oiseau. Pas de bruit de feuilles qui s'entremêlent. Le silence quoi. L'absence totale de vie. A la limite, tout ce qu'on entendait, c'était quand Jack tombait par terre parce qu'il trébuchait ou quand il se prenait un arbre. Ne jamais rêvasser dans une forêt. Parce que ça faisait déjà plusieurs heures que notre grec était là et fidèle à sa nature, il ne pouvait pas s'empêcher de rêver. Résultat, il se prenait tous les arbres et tombait à cause des racines et des cailloux... Il avait faillit se péter le nez au moins 10 fois. Mais bon, en ville, c'était les panneaux, les poteaux, les maisons et autres trucs plus ou moins probable qu'il se prenait donc il avait l'habitude. Un jour, peut-être qu'il comprendrait qu'on ne peut pas rêvasser et marcher en même temps. Surtout à Underland.

Toujours est-il que Jack se remit en marche sans se demander d'avantage par où il devait aller. De toute façon, il n'avait nul part où aller donc il pouvait bien marcher au hasard. En tout cas jusqu'à ce qu'il meurt de faim. Ouais, là, ça risquait d'être embêtant. Crever de faim dans une forêt souterraine... Il y a mieux. D'autant plus que mourir, ce n'était pas une idée qui l'enchantait. De toute façon, ceux qui ne sont pas attachés à la vie, ils meurent. Dans le monde d'en haut, on se demande si ce ne sont pas eux qui s'en sortent le mieux. Ici aussi d'ailleurs. En vie, tu te fais malmener, tout le monde tente de t'écraser et ceux qui sont déjà au top son manifestement des enflures de premières qui ont réussi à piétiner le plus de monde. Les morts sont sans doutes les moins malheureux. Alors pourquoi est-ce qu'il était attaché à la vie comme ça ? L'espoir ? Il n'en avait pas. Il était sûr de rester ici jusqu'à la fin de ses jours. L'instinct alors ? Ou tout simplement la réticence à vouloir s'avouer vaincu. Hors de question de laisser le plaisir de le tuer à qui que ce soit. D'autant plus que la plupart des gens manquaient cruellement d'imagination pour tuer les gens. Une balle dans la tête, un coup de couteau dans le dos, au sens propre comme au figuré... rien de bien intéressant. Tout cela manquait de sang. Pourquoi ne pas briser les jambes de la victime pour éviter qu'elle ne s'enfuie ? Lui arracher l'os d'un bras pour s'en servir pour ouvrir le ventre et y arracher le foie qu'on pourra toujours donner à manger à la population. Et puis le coeur à écorcher au plafond en guise d'étoile. Encore faudrait-il pouvoir grimper tout là-haut... a ce qui leur servait de ciel. Il faudrait une super grande échelle. Bah il doit bien en avoir une quelque part. Sinon d'où viendraient les étoiles de la nuit, hein ? Et même le soleil local. Il y a bien un mec qui a dû les accrocher là-haut. Il devait avoir une jolie vue. Quoi que... Underland, c'est pas l'endroit le plus beau du monde. Les décorateurs avaient vraiment fait le minimum syndical. Voir moins. C'était aux prisonniers de rendre cet endroit plus regardable. Si ça ne tenait qu'à lui, il aurait mit plus de toiles d'araignées, des arbres ben flippant comme l'arbre des morts de Sleepy Hollow... D'ailleurs, ça faisait longtemps qu'il ne l'avait pas vu, ce film, ça lui manquait. Il faudrait vraiment qu'il se le refasse. Dès qu'il en aurait l'occasion. En buvant du bon jus de fraise. Le bonheur. Il devrait bien pouvoir en trouver. Au fait, est-ce que le jus de fraise, ça a le même goût que les fraises ? Parce que, étrangement, il aimait bien le jus d'orange, mais les oranges tout court, il n'était pas fan... Comment est-ce qu'on faisait les jus de fruits pour que leur goût ne soit pas le même que le fruit de base ? Il ne s'était jamais intéressé à cette question. Bon, il y avait sans doute du sucre en plus mais-PAN !

...Encore un tronc d'arbre en pleine face. Jack se frotta le front qu'il devait avoir rouge à force. Ou gris. Bah oui, à force de se cogner, on choppe des bleus. D'ailleurs pourquoi est-ce qu'on appelle ça des bleus si c'est gris ? Nan, sérieux, c'est pas logi-VLAN ! Et allez, il venait de trébucher à nouveau sur un caillou. Il n'était donc pas capable de rester concentré deux secondes ? Jack se releva une fois de plus mais à peine s'était-il relevé qu'il entendit un bruit nouveau dans cette forêt. Qu'est-ce que c'était encore que ça ? Il se fit entendre une seconde fois. Ah en fait, ça ne venait pas de la forêt, mais de lui. C'était son estomac qui réclamait à manger. Il ne manquait plus que ça. Il fouilla ses poches...mais nan, rien à manger. De toute façon, s'il avait trouvé quelque chose, avec la chance qu'il avait, ce serait un truc périmé. Remarque, il se nourrissait tellement mal qu'il n'était plus à ça près. Puis en levant deux secondes les yeux au ciel, il se rendit compte que l'arbre contre lequel il venait de se cogner avant de se rétamer lamentablement était un pommier. Quelle chance ! Pour une fois.

C'est ainsi que Jack entreprit une longue et dangereuse ascension pour... Ouais nan en fait laissons tomber les effets de style, le grec grimpa à l'arbre assez facilement il faut bien le dire et alla s'asseoir sur une branche pour être ben installé afin de choisir la plus jolie pomme. Il en trouva une à son goût et l'attrapa. Malheureusement, la branche qu'il avait désignée comme perchoir provisoire était peut-être un peu trop fine pour être considérée comme tel. Non pas que Jack soit gros, bien au contraire, mais un enfant aurait été un peu lourd pour ce bout de bois. C'est ainsi qu'il n'eut pas le temps de croquer dans cette fameuse pomme que la branche se brisa et Jack tomba avec elle sur...le sol ? Il était déjà tombé pas mal de fois dans cette forêt pour savoir que le sol était un peu plus dur que ça. Il regarda sur quoi il avait atterrit et il s'avérait que « sur qui » aurait été plus correct. Il venait d'écraser quelqu'un dans sa chute.

-Désolé, j'ai pas fait exprès

Il se releva pour ne pas rester d'avantage sur la personne qui n'avait rien demandé et lui sourit avec ce genre de sourire qu'on fait quand on veut montrer qu'on est vraiment désolé mais à la fois un peu amusé. Un bon sourire tout naturel. Mais ce sourire se transforma vite en une légère expression de douleur quand une pomme lui tomba sur la tête, comme pour le punir. Le punir de quoi ? Allez savoir. Peut-être d'avoir cassé une branche à cet arbre qui avait bien voulu lui fournir de quoi manger. Mais il ne l'avait pas fait exprès. Et puis bon, de toute façon, ce n'était pas logique. Depuis quand les arbres se vengent-ils ? Au moins, maintenant il se prennait aussi des pommes, il n'y avait pas que les troncs d'arbre et les pierres finalement. Bref, il ramassa la pomme qui venait de lui tomber dessus ainsi que son fidèle chapeau haut-de-forme qui était tombé lui aussi lors de la chute et il le remit à sa place, c'est-à-dire sur sa tête. Puis il tendit la pomme vers l'inconnu en souriant.

-Une pomme ?


Si être bizarre signifie être différent, alors être bizarre n'est pas forcément une mauvaise chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je te vendrai du rêve
Je te vendrai du rêve

Délits : 96
Date d'arrivée : 16/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Brisons le silence ! [with Aldaric]   Jeu 25 Juil - 18:46

Comme à son habitude, Al' avait fait le tour de la ville. Non pas pour visiter mais pour trouver un truc à faire. Et encore, si vraiment ça l'intéressait. Mais bien vite, il abandonnait l'idée de trouver quelque chose à faire en cette journée. Si on pouvait appeler ça ainsi. Non, décidément, il ne voulait rien glander. Que faire dans ce cas ? Rentrer, s'asseoir et puis basta ? Non, évidemment que non. Il devait bouger, sans quoi, il allait mourir, mais d'ennuie et tout le sait, que l'ennuie mortelle, il faut l'éviter comme la peste. Mais en même temps, à Underland, qu'est-ce qu'on peut faire ? La ville, à force de s'y promener, il la connaissait quasiment par cœur. Non. Il lui fallait un nouveau terrain d'exploration. C'est pourquoi il choisit les bois. Le lieu qu'il avait toujours éviter jusque là.

La chose à ne pas oublier quand on part en randonnée, c'est la flotte. Une gourde remplit d'eau, des clopes dégueulasses et de quoi les allumer, le canif... Il avait tout. Il était paré pour l'exploration. Tranquillement, il quitta ce qui lui servait de domicile pour prendre le chemin menant aux bois. Les bois ? Sérieusement, ils avaient réussit à faire pousser des trucs ici ? Dans ce sol pourrave et en sous-sol. Comment avait-il fait ? Est-ce qu'il y avait des spécialistes en culture sous-terrains à Underland ? Est-ce qu'il y avait des agriculteurs ? Mais... Sachant qu'il y a un faux soleil et qu'une plante a besoin de soleil... Les arbres se sont-ils développés convenablement ou sont-ils moches et crochus comme dans les films où l'on voit des forêts interdites ? D'ailleurs, si ça se trouve, les forêts interdites sont inspirés de celle d'ici. Qu'importe, l'important était d'avancer et de découvrir. C'était là son unique but de la journée.

Plus il avançait, plus les bois approchaient et plus il pouvait constater que les troncs n'étaient pas toujours laids. Parfois même, un tronc possédait un trait fait au couteau puis sur un autre il y avait un coeur. Un couple était ici autrefois. Que sont-ils devenus ? Sont-ils même toujours en vie ? L'anglais avançait encore et encore, à pas lent, s'enfonçant toujours plus dans les bois. Vint enfin l'heure de la pause. Il s'installa sur une racine épaisse et plutôt plate. Il prit une gorgée d'eau de sa gourde suivie d'une autre et une autre encore avant de se verser ce liquide frais sur la tête. Quel bonheur de sentir l'eau coulé sur son front, ses joues et sa nuque. Que c'était agréable... Enfin, bon. Maintenant, il se devait de reprendre la route.

Le temps encore passait et lui, le dealer solitaire avançait sans crainte. Sans crainte jusqu'à ce qu'un ovni lui tomba dessus. Il se trouvait sous un pommier à ce moment et rêvassait tranquillement. Que ferait-il en rentrant ? Que mangerait-il ?  Où irait-il tiens ? Avant même qu'il ne puisse répondre, un énorme poids lui tomba dessus. Enfin, énorme... Disons quand même qu'il s'agissait d'un corps humain tombé à une certaine vitesse sur lui. D'ailleurs, il se retrouvait face contre terre, l'épaule en feu et la lèvre inférieure en sang. Alors il se releva, difficilement. Le jeune homme soupira en haletant et grimaça en observant l'inconnu qui lui présentait des excuses et une pomme.


- Tu crois vraiment que je suis d'humeur à bouffer une pomme là ?

Nouvelle grimace de douleur. Et ce sourire sur son visage... Se moquait-il de lui ? Rah, qu'est-ce qu'il aimerait lui faire ravaler son sourire mais il ne pouvait le faire, son épaule lui faisait beaucoup trop mal pour ça. Encore une grimace, il venait de bouger l'épaule. Il espérait juste qu'elle ne soit pas casser... Aller chez le médecin à Underland n'était pas réellement conseillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Laisse-moi dessiner ta noirceur.
Laisse-moi dessiner ta noirceur.

Délits : 2010
Date d'arrivée : 14/08/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: Brisons le silence ! [with Aldaric]   Jeu 25 Juil - 20:34

Jack avait eu de la chance pour une fois. S’il n’y avait eu personne sous cette branche au moment où il était tombé, il se serait sans doute fait très mal… un peu comme la personne en question qui n’avait pas l’air super en forme. Comment il le savait ? Peut-être à l’expression de son visage qui n’exprimait pas la meilleure joie de vivre du monde. Il avait dû se faire mal. Bah, Jack n’arrêtait pas de se prendre tous les arbres qui passaient (parce que, oui, pour Jack, les arbres passent) et il ne tirait pas la gueule pour autant. Sans doute parce qu’il ne se faisait pas vraiment mal quand ça arrivait. A force, c’est surtout très gonflant, en fait. Mais sans doute qu’il ne sourirait pas autant qu’à l’heure actuelle s’il s’était prit quelqu’un sur la figure. Manifestement il avait dû blesser la personne en face de lui…

- Tu crois vraiment que je suis d'humeur à bouffer une pomme là ?

…Et visiblement, il l’avait aussi mit de mauvaise humeur. Quoi que si ça se trouve, il était déjà de mauvaise humeur avant. Auquel cas, il n’aurait sûrement pas arrangé les choses. Enfin peu importe. Ce qui importait, c’est que maintenant, il avait une pomme dans la main dont il n’avait que faire en plus de celle qu’il avait cueillit là-haut. Pourquoi est-ce qu’il l’avait refusé ? Après tout, il s’était donné du mal pour l’avoir cette pomme… Bon, ok, il n’avait pas fait exprès, elle était tombée toute seule. Et sur sa tête. En fait, les arbres devaient lui en vouloir. Pourtant, il n’avait jamais participé à un quelconque acte de déforestation. Il n’avait jamais mit le feu à une forêt… Ah peut-être qu’à force de dessiner, il utilisait beaucoup trop de papier… ça expliquait pas mal de choses. Des choses que sa maladresse et sa rêverie naturelle étaient largement capable de justifier à elles toutes seules. Et puis il n’allait pas se mettre à arrêter de dessiner quand même. Ce n’était pas du gâchis de papier. Au contraire. Il s’assurait qu’il était bien utilisé. Mais bien sûr, comme si Jack s’intéressait un minimum à l’écologie. Il s’y intéressait seulement quand il trébuchait sur des fers à repasser en pleine rue. Là, il se disait que les gens faisaient vraiment n’importe quoi. Mais il suffisait d’être patient. Un jour, ça leur retombera dessus. Et là, ils pourront regretter toutes leurs bêtises. Mais ce sera trop tard. Et ce sera bien fait pour eux. Il faut vraiment être abruti pour faire des choses qui nous mènerons à notre perte, surtout en connaissance de cause. L’être humain est peut-être un peu suicidaire.

Et donc à quoi il pensait déjà au début ? Tient, il y avait quelqu’un en face de lui… ah oui c’est vrai. Jack se remémora vite fait tout ce qui s’était passé. Il avait dû avoir comme une absence. Et donc ah oui, il avait proposé une pomme à l’inconnu pour se faire pardonner de lui être tombé dessus et il avait dit… qu’il n’était pas d’humeur, voilà, c’était ça.

-Je vais prendre ça pour un non… Tant mieux, ça m’en fera une en réserve.

Et il glissa la pomme que l’inconnu avait refusé dans une des grandes poches de son manteau noir. En espérant qu’il la retrouve un jour quand il en aurait besoin. Puis il croqua dans la pomme n°1. Il l’avait mérité celle-là. Ne faites jamais ça chez vous, les enfants. Il faut toujours laver un fruit avant de le manger. Ne faites pas comme cet idiot de grec. Ceci était un message du ministère de la santé. Qu’est-ce qu’ils peuvent en dire comme bêtises au ministère…comme leur histoire de manger 5 fruits et légumes par jour… essayez, sérieux, vous verrez que c’est pas si bon que ça. Mais bref. Il croqua donc enfin dans sa pomme qui n’était pas mauvaise. Il avait l’œil pour repérer les bonnes. En même temps, il n’était pas aveugle. S’il y a un trou dedans, il se doute bien qu’un ver de terre est déjà passé par là. En tout cas, ça allait faire du bien à son estomac.

De nouveau, le grec porta son attention sur la personne en face de lui. Un homme qui avait l’air un peu plus vieux que lui avec une couleur de cheveux qui ne devait pas être naturelle. Bleu, c’est assez original. En fait, il n’avait jamais vu ça, mais après tout, pourquoi pas ? Chacun de nous est libre. Mais ce qui attira plutôt son regard, c’était l’expression de douleur qui se dessinait sur son visage. Qui s’y était déjà dessiné depuis un moment d’ailleurs. Ouais bon, c’est vrai que là, c’était lui qui aurait eu mal si l’autre n’avait pas été là. Il lui devait quelques remerciements quand même. Toujours avec un sourire désolé (parce qu’il l’était vraiment, mine de rien) :

-Au fait, merci ! Sans toi, c’est moi qui tirerai cette tête. J’espère que tu ne t’es rien cassé…

Mine de rien, il lui en devait une…mine de rien…et zut, le voilà endetté. Comme quoi, quand on est grec, il n’y a rien à faire, ça finit toujours comme ça. Au moins, ce n’était pas une dette d’argent. Remarque, ça ne risquait pas d’arriver, vu qu’il n’y a pas de monnaie à Underland. Mais visiblement, c’était facile de s’endetter autrement. Et encore plus pour un grec. C’est dans les gènes. Non, sérieusement, Jack n’aimait pas ça. En devoir une à quelqu’un. C’était bien mieux quand il n’avait de compte à rendre à personne. Il était sûr qu’il n’allait pas s’attirer d’ennui… quoi que... Mais bref, ça, c’était une source de problème supplémentaire. Et éviter le contact social était un excellent moyen pour éviter ce genre de choses. Bon, Jack ne le fuyait pas, mais il n’allait pas non plus le chercher. Il ne manquerait plus qu’il se fasse des relations. C’était bien la pire chose qui puisse arriver. Bien que ce soit également la chose qui avait le moins de chance de se produire, à son avis. Mais là n’était pas la question. La question était que maintenant, il en devait une à quelqu’un. Sans doute que pas mal de monde s’en irait sans demander son reste sans même penser à dédommager la personne qu’ils viendraient d’écraser. Mais que voulez-vous ? Jack avait été bien élevé… malheureusement, peut-être.

-D’ailleurs, maintenant, j’a une dette envers toi, si t’as besoin de quelque chose, tu peux toujours demander, on sait jamais, des fois que je puisse t’aider…

Même lui n'avait pas l'air super convaincu par ce qu'il disait. Oui, parce que Jack ne s’estimait pas comme une personne pouvant potentiellement être utile à quelqu’un. Après tout, dans sa vie, que ce soit à la surface ou ici, il n’avait jamais vraiment aidé qui que ce soit. Il faut dire que personne ne lui avait vraiment demandé. Sauf les classiques « va mettre la table » et compagnie. Mais ce n’est pas de l’aide, ça. C’est des trucs obligatoires et chiants au possible. Remarque, s’il pouvait régler sa dette aussi simplement, ce serait pas mal. Chiant, mais pas mal. Sur cette annonce qui avait eu tendance à le plomber un peu, il croqua à nouveau dans sa pomme. Oui, Jack ne mange pas vite. Il profite plus longtemps. Et puis il n’était pas vraiment le genre de personne à se presser. Mais ça, ça se remarque assez vite. Déjà à la vitesse à laquelle il répond quand on lui parle. Trois heures après. C’est parce qu’il pense à beaucoup plus de trucs qu’il ne devrait. Un vrai foutoir, sa tête.

Bref. En tout cas, il avait réussit à se trouver sans aucun doute la meilleur pomme que ce pommier pouvait offrir


Si être bizarre signifie être différent, alors être bizarre n'est pas forcément une mauvaise chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je te vendrai du rêve
Je te vendrai du rêve

Délits : 96
Date d'arrivée : 16/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Brisons le silence ! [with Aldaric]   Ven 26 Juil - 4:54

"On tâte délicatement l'épaule et son contour afin de vérifier qu'aucun os est cassé. Si tu sens une bosse anormale, c'est qu'elle est probablement déplacée. Dans ce cas, si tu es seul, trouve de quoi te remettre l'épaule en place, sinon, s'il y a quelqu'un avec toi... Enlève ta ceinture, mord la de toutes tes forces et demande à l'autre de tirer ton épaule pour la remettre."

Ned. C'est ce qu'il lui avait dit la fois où un de leur gars avait eu un léger accident de moto. Ce n'était pas grave mais la réception sur épaule, ce n'était vraiment pas conseiller. Alors Ned a tâté, lui avait donner les instructions tout en appliquant à la lettre les étapes puis, à la fin de sa phrase, un "crack" pour confirmer ses dires. L'épaule avait retrouver sa place.
Une nouvelle grimace sur le visage d'Aldaric. Rien que ce souvenir le faisait souffrir mais il ne pouvait pas rester ainsi. Il écouta d'une oreille distraite les paroles de l'inconnu au sourire énervant. Mais quel abruti ! N'avait-il pas vu que quelqu'un était en dessous ? Il aurait pu prévenir quand même, qu'il était là-haut. Oui, abruti était bien le mot. En attendant, pester contre ce bavard n'arrangeait pas la douleur de son épaule.


-Au fait, merci ! Sans toi, c’est moi qui tirerai cette tête. J’espère que tu ne t’es rien cassé… D’ailleurs, maintenant, j’a une dette envers toi, si t’as besoin de quelque chose, tu peux toujours demander, on sait jamais, des fois que je puisse t’aider…

"Merci ? J'espère que tu ne t'es rien cassé ? J'ai une dette envers toi ? Besoin de quelque chose ?" Ces mots réveillèrent d'un coup la colère de l'Anglais. L'autre était-il sérieux ou se foutait-il royalement de sa tête ? Il avait peut-être l'épaule pétée mais il "espérait" que ce ne soit pas le cas ? Vraiment ?! Non, c'en était trop. La colère explosa d'un coup et le dealer se releva brusquement en relâchant son bras. La chose à ne pas faire. La douleur revint bien plus forte, commençant de son épaule pour finir dans le bout de ses doigts. Non. L'épaule n'était pas cassée, sinon il ne la sentirait plus, ni fracturé, il sentirait une certaine gêne. Elle était donc bel et bien déboîtée. Alors, en serrant les dents, prenant conscience de la chose il soupira, mi-irrité, mi-désespéré. Ok. Puisqu'il fallait la replacer... Il ne pouvait pas retourner à la ville sans avoir tout remis en place sinon il serait une proie facile pour les gros bras. Non. Jamais.

Il prit un longue inspiration pour calmer sa colère. Il avait besoin de... Ce... Personnage, pour lui remettre l'épaule en place. Il l'observa pour juger sa force. Oui, il pourrait certainement le faire. Il le dévisagea ensuite, ne manquant pas de le fusiller du regard pour lui faire comprendre qu'il ne l'aimait pas beaucoup à cause de la situation. Nouvelle inspiration. Il fallait arranger ça au plus vite.


-Tu veux régler ta dette vite fait, bien fait ? C'est simple. J'ai l'épaule déboîtée. T'en conclus quoi, le singe ?


"Le singe". Al' n'avait pas réellement eu l'intention de le traiter ainsi. C'est d'ailleurs un mot qui lui avait échappé. Il contrôlait tant bien que mal ce nouveau pic de colère qui le prenait au corps. Il ne pouvait pas le frapper, sans quoi, il perdrait son espoir de réparer la catastrophe et s'il bougeait, son bras l'élancerait alors à quoi bon. Un long soupire s'échappa d'entre ses lèvres.

-Désolé, je n'ai pas voulu t'insulter. Bref. Je vais te donner les instructions et tu vas devoir les suivre à la lettre. Si tu ne fais pas ce que je te dis, je risque de perdre l'utilité de mon bras et toi, ta tête.

Un regard noir plongé dans le sien. Ce n'était pas une menace mais une promesse. Une promesse sérieuse. Quelques secondes s'écoulèrent puis l'homme aux origines russes défit sa ceinture de cuir. C'était un peu galère mais il y arrivait. Il s'installa sur une racine peu confortable et plia au possible le cuir avant de mordre dedans pour voir si cela suffirait. Une fois satisfait, il posa ses yeux bleus sur le visage de l'autre.

-Alors écoute bien. Tu vas devoir te placer derrière moi. Moi, je mettrai cette ceinture dans ma bouche pour ne pas gueuler comme un malade. Bref. Quand tu vas me remettre l'épaule en place, tu poseras la main ici, sur l'épaule et l'autre sous l'omoplate pour t'en servir comme point d'appui. Donc, tu devras compter jusqu'à trois, le temps que je me prépare et une fois le décompte fait, tu tires d'un coup sec en arrière pour que le tout se remette en place. Ok ? Capiche ?

Il avait expliqué au maximum ce qu'il y avait à faire. Il espérait juste que l'inconnu comprenait. Il inspira d'ailleurs un grand coup. Le bruit des os qui se remettent en place, la douleur ressentie quand ça se fait... Ce n'était pas agréable, mais vraiment pas. Il le savait. Il l'avait vu. Maintenant... C'était à son tour de subir. Mais il fallait être un homme. Souffrir et survire. Quelle épreuve pour lui.. Non. Il ne devait pas s'apitoyer ! Il tiendrait le coup.
Tout en se motivant ainsi, il plaça la ceinture dans sa bouche, calma sa respiration, vida sa tête de toutes pensées agaçantes et se détendit au maximum en attendant que son coéquipier se prépare.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Laisse-moi dessiner ta noirceur.
Laisse-moi dessiner ta noirceur.

Délits : 2010
Date d'arrivée : 14/08/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: Brisons le silence ! [with Aldaric]   Ven 26 Juil - 13:08

Pourquoi Jack avait-il l’impression qu’il énervait encore plus son interlocuteur ? Bah peu importe. Les états d’âmes des autres, il s’en fichait comme d’un grain de sable au milieu du Sahara. Un endroit dans lequel il n’aimerait pas mettre les pieds. Trop chaud le jour, trop froid la nuit, comment peut-on s’acclimater à un truc pareil ? De toute façon, même s’il le voulait, étant donné sa situation, il ne le pourrait pas. Bref, l’autre le regarda comme pour juger quelque chose, puis il le fusilla du regard. Jack se contenta d’y répondre avec un regard des plus je-m’en-foutiste qui soit. Cette situation l’indifférenciait vraiment. Il voulait juste que l’autre lui demande un truc, qu’il le fasse et qu’ils n’en parlent plus. Plus vite c’était réglé, mieux ce serait pour tout le monde. D’autant plus que le mec aux cheveux bleus n’avait pas l’air de l’apprécier. En même temps, ça pouvait se comprendre. Lui non plus n’apprécierait pas que quelqu’un lui tombe dessus. Il s’en prend déjà suffisamment dans la figure tout seul sans personne pour en rajouter.

-Tu veux régler ta dette vite fait, bien fait ? C'est simple. J'ai l'épaule déboîtée. T'en conclus quoi, le singe ?

Qu’il devait aller voir un médecin ? Qu’il devait avoir super mal ? Ca, Jack pensait l’avoir comprit. L’épaule déboîtée quand même, ça ne devait pas être agréable. Mais il n’en savait pas grand-chose vu que ça ne lui était jamais arrivé à lui. Et il n’allait pas s’en plaindre. A noter que Jack n’avait même pas relevé l’insulte. Ce n’était pas la première fois qu’on lui en balançait et sans doute pas la dernière. Il n’en avait tellement rien à faire de ce que pensent les autres. Remarque, « le singe », c’était nouveau, ça changeait.  

-Désolé, je n'ai pas voulu t'insulter. Bref. Je vais te donner les instructions et tu vas devoir les suivre à la lettre. Si tu ne fais pas ce que je te dis, je risque de perdre l'utilité de mon bras et toi, ta tête.

« Oh je l’ai déjà perdu » pensa-t-il machinalement. Référence à Alice in Wonderland. Encore un film qu’il avait vu un nombre incalculable de fois. Mais bref. L’inconnu lui lança un regard peu amical qui pourrait faire comprendre à n’importe qui qu’il ne rigolait pas. A l’évidence, Jack ne venait pas de se faire un ami. Tant mieux. Mais se faire un ennemi, c’est pas super non plus. C’était quoi le pire ? Un ami ou un ennemi ? Sans doute l’ami. En tout cas, à son avis. Ouais, il n’y avait rien de pire. Ceci dit, ce n’est pas un ami qui va tenter de vous tuer, sauf si c’est un sale traître. Et des traîtres, il n’y en a que trop, où que l’on soit. Bref. L’autre s’assit sur une racine après avoir enlevé sa ceinture et se mit à mordre dedans. S’il avait faim, il n’avait qu’à accepter la pomme qu’il lui avait proposé tout à l’heure. Mais il retira bien vite la ceinture de sa bouche, ne la trouvant sans doute pas à son goût. A moins qu’il n’avait jamais eu l’intention de la manger mais juste la mordre… comme ça…qu’avait donc fait cette pauvre ceinture pour mériter ça ? Bah, ce n’était pas ses oignons.

-Alors écoute bien. Tu vas devoir te placer derrière moi. Moi, je mettrai cette ceinture dans ma bouche pour ne pas gueuler comme un malade. Bref. Quand tu vas me remettre l'épaule en place, tu poseras la main ici, sur l'épaule et l'autre sous l'omoplate pour t'en servir comme point d'appui. Donc, tu devras compter jusqu'à trois, le temps que je me prépare et une fois le décompte fait, tu tires d'un coup sec en arrière pour que le tout se remette en place. Ok ? Capiche ?

Ce qui expliquait pourquoi cette ceinture se retrouvait avec des traces de dents… et ça allait sans doute empirer.

-Capiche.

Oui, Jack n’était pas complètement stupide non plus. Heureusement qu’il parlait bien anglais aussi. Parce que sinon, le dialogue aurait risqué d’être très compliqué, et la situation encore plus. Bref, Un peu de concentration, il fallait essayer de ne pas se mettre à penser à n’importe quoi pendant quelques secondes. Ce n’était pas le moment d’avoir une absence. Bon, ce n’était jamais le moment, c’est vrai, et ça ne l’empêchait pas de le faire. Mais voilà, pour une fois, il allait faire un effort. Ce n’était pas si compliqué quand même. Donc il alla se placer derrière le blessé, puis il mordit dans sa pomme pour la garder dans sa bouche et avoir les deux mains libres. C’est clair que ça n’allait pas être pratique pour le décompte mais osef, hein.

D’ailleurs il réfléchit à ce qu’il allait faire… le mec devait être vachement courageux quand même parce que ça devait faire mal de se faire replacer l’épaule comme ça. Bon, c’est vrai qu’il n’y avait pas trente façons de faire… en tout cas, Jack était bien content de ne pas être à sa place. Et il n’y était pas, ça tombait bien quand même. En tout cas, il avait du cran. Bref, Jack posa ses mains là où l’autre lui avait dit des les mettre, attention, ça allait être douloureux.

-Un…’eux…’rois

Jack tira d’un coup et on entendit un énorme « crack ». Rien qu’à l’entendre, Jack s’imagina la douleur que l’autre devait ressentir en cet instant. Et c’était loin d’être agréable. Il espérait ne jamais se déboîter l’épaule. Déjà que se connaissant, il ne demanderait de l’aide à personne. Mais d’un autre côté, se soigner tout seul ça risquait d’être dur. De toute façon, tant que ça ne lui arrivait pas, ce n’était pas la peine d’y penser.

Jack retira la pomme de sa bouche et il se l'essuya parce qu'il y avait plein de jus du coup. Il observa le fruit. Jolie marque de dent. Il imagina un instant une marque un tant soit peu différente qui laissait penser qu'une créature hideuse aurait croquée à sa place, puis il imagina la créature en question, les dents pleines de sang de ses victimes, des doigts fins et crochus pratiques pour empaler ses proies, une taille d'environ trois mètres et... voilà, il repartait en cacahuète. Allô, il y a quelqu'un au bout du fil ? C'est bon, Jack se « réveilla » quand une pomme tomba une fois de plus sur sa tête, suivi de près par un petit « hein ? » qui montra que notre jeune homme avait eu une absence sans s'en rendre compte. Il regarda l'inconnu qui devait avoir un bras en meilleur état maintenant. Bon eh bien il n'avait plus rien à faire avec lui, il pouvait partir. Ou rester là, mais il en avait marre de se prendre des pommes. Il s'en était déjà prit deux, et une troisième n'était pas vraiment nécessaire.

-Bon eh bien salut.

Sur ce, il se retourna et fit un pas dans la direction opposée pour aller au même endroit que d'habitude, c'est-à-dire nulle part. En espérant que ce nulle part serait différent du précédent. Même si dans les bois, tous les nulles part se ressemblent.


Si être bizarre signifie être différent, alors être bizarre n'est pas forcément une mauvaise chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je te vendrai du rêve
Je te vendrai du rêve

Délits : 96
Date d'arrivée : 16/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Brisons le silence ! [with Aldaric]   Dim 28 Juil - 2:18

Le décompte commença. Le cuir entre les dents, Al' respirait profondément pour se détendre suffisamment, afin de calmer la douleur et ses muscles. Intérieurement, il comptait. 1... 2... 3... 4... 5... 6... 7... 8... Crack ! L'autre avait tiré d'un coup sec, comme il lui avait indiqué. Pourtant ce bruit d'os qui se replacent... Un "Crack !" qui n'a duré qu'une demi seconde en réalité mais qui semblait avoir résonner une dizaine de minutes dans la tête de l'anglais. Le cuir paraissait se ramollir sous les dents du dealer tant il mordait afin de ne pas laisser un cri de douleur sortir du plus profond de ses entrailles. Oh ça oui, il avait mal. Très mal même. Il avait tellement mal qu'une veine venait d’apparaître sur son front tant il mordait avec force la pauvre ceinture. Le poing de son bras valide était crispé sur son genou où il s'était enfoncé les ongles pour contenir la souffrance. Non, il ne souhaitait à personne de subir cela. Vraiment, même à son pire ennemi, il ne le voulait pas. Même le plus fort des hommes n'aurait pu supporter ce moment. Il serait retourné dans les jupes de sa mère, même !

Aldaric se remit à compter. 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14... 14... 14.. La date d'anniversaire de son fils, c'est ce qui lui semblait. Ou celle de Thomas. Ou celle de son frère même. Il ne savait déjà plus. Mais dans tous les cas, c'était quelqu'un qui devait être proche de lui. Il respira à nouveau aussi profondément que possible avant de se décrisper peu à peu. Il ne fallait rien brusquer. Sans quoi, "l'opération" serait inutile et il se redéplacerait l'épaule, ce qui serait con en soi. Inspiration, expiration. Inspiration, expiration. Encore une fois, inspiration, expiration. Le jeune homme aux origines russes pu alors se relever, lentement. L'autre ? Où était-il ? Il se barrait ! Mais non ! Il ne pouvait pas ! Il lui avait remis le bras en place mais il fallait encore qu'il sorte d'ici pour aller se reposer et au moins faire une attelle ! Il fallait qu'il le rattrape.

Il s'élança d'un pas trop brusque, s'effondra à genoux sur le sol car l'élan avait été pris avec trop de force. Un hoquet de douleur s'échappa d'entre ses lèvres, une insanité, une malédiction contre la Sainte-Marie puis nouvel exercice de respiration. Calme. Le coeur, il fallait le calmer. Le mental, il fallait l'endurcir pour soulager un minimum l'affreux picotement de son épaule.


-Hey ! Toi... J'sais pas qui t'es mais... Là faut que tu m'aides encore une fois...


Il commençait à avoir la tête dans le flou. Non, lutter. Lutter contre cette invitation à tomber tête la première dans le néant. Non ! Il devait contrôler ses nerfs, son coeur. Pas ici. Il ne pouvait pas craquer. Serrant alors les dents, Aldaric se releva. Quel effort diabolique. A croire que son épaule lui pompait toute son énergie. Sa respiration était saccadée, il le sentait que ça devenait "hard" mais il fallait encore tenir.

-Sérieux, mec. J'ai... Encore besoin de toi. Au moins une fois. Juste... J'sais pas, t'as pas un médoc ou un truc pour calmer la douleur. Ou même un peu d'eau ?

Al' eut un sourire moqueur. Autrefois, quand il regardait des dessins animés, il ne comprenait jamais pourquoi il y avait des étoiles ou des bougies autour de la tête des personnages quand il se prenait un violent coup à la tête. Maintenant qu'il voyait des tâches multicolores danser devant ses yeux, l'explication se faisait d'elle-même. Pas totalement des conneries ces trucs. Il avança d'un pas vers l'inconnu. Eviter les rochers et les racines prenait l'aspect d'un parcours du combattants. Et le pire dans tout ça, c'est que chaque pas l'affaiblissait et la tête lui tournait avec de plus en plus de force. Non, il fallait résister encore.

Mais au bout de trois pas qui équivalaient à quarante-cinq pour lui, il se laissa tomber sur le sol dur de la forêt. Non, il n'en pouvait plus. Ni résister à la douleur de son épaule, ni à celle de sa tête. Il espérait juste ne pas agoniser dans cette endroit. Remarque, ce pourrait être sympatoche comme endroit pour crever. Sous les pommes et autres fruits en tout genre. Il y avait des animaux ici ? Style lapin carnivore ? D'un coup, allez savoir pourquoi, il explosa de rire. Se faire bouffer par un lapin carnivore, ce serait la disparition de cadavre la plus merdique au monde, réellement. Mais qu'importe. Là, il commençait à dire de la merde. Comme s'il avait pris un join, sniffé de la coke, bu des litres d'alcool en même pas une heure. Ce qu'il avait déjà fait. Mais bon.

Adossé au tronc d'un arbre, il laissa ses pensées dérivées autant qu'elles le souhaitaient. Entre les souvenirs et les idées à venir, sa tête devenait un vrai foutoir. Son enfance, ses parents, Laura, Ned, son fils, les prisonniers d'Underland, la pomme. Honnêtement, si ce n'était pas la douleur, il serait presque sur le point de se jurer qu'il ne toucherait plus à aucune drogue car le mélange de ses pensées formait un tout très étrange, si étrange que même un psychologue décréterait l'état de folie profonde. Enfin, quelque part, être à Underland, avoir choisit d'y aller prouvait bien qu'il y avait une part de folie, non ? Et voilà qu'il se mettait à dériver, à philosopher inutilement. Et l'autre singe, où était-il passé ?  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Laisse-moi dessiner ta noirceur.
Laisse-moi dessiner ta noirceur.

Délits : 2010
Date d'arrivée : 14/08/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: Brisons le silence ! [with Aldaric]   Lun 29 Juil - 13:50

-Hey ! Toi... J'sais pas qui t'es mais... Là faut que tu m'aides encore une fois...
-… ?


Jack se retourna et vit l’inconnu à terre, avec une mine assez désastreuse, il fallait dire. Il n'avait pas beaucoup de couleur. Oui, c'était l'hôpital qui se foutait de la charité, mais chez Jack, c'était naturel alors qu'il n'état pas sûr que ce soit le cas de celui qui avait les deux genoux par terre. On aurait dit qu’il était à l’agonie. Ce qui était peut-être le cas. Quand il se releva, il respirait comme si un de ses poumons venait de rendre l’âme. Ouais, là, vous imaginez une tâche blanche avec une auréole sur la tête sortir d’un poumon. Il aurait mieux fait de ne pas se relever. Jack s’attendait à le voir tomber à chaque secondes. Le voir tomber dans les vapes. C’était même étonnant que ce ne soit pas déjà fait. C’est qu’il était résistant, on ne pouvait pas lui enlever ça.

-Sérieux, mec. J'ai... Encore besoin de toi. Au moins une fois. Juste... J'sais pas, t'as pas un médoc ou un truc pour calmer la douleur. Ou même un peu d'eau ?

Bonne question ça, est-ce que Jack se baladait avec des médocs sur lui. Dieu en personne ne pourrait répondre à cette question, si tenté qu’il n’existe. Il ne croyait pas en Dieu. Et il se disait que de toute façon, s’il existait, qu’est-ce qu’il aurait à faire des petits soucis de chacun ? Bref, tout ça pour dire que…bah le grec remordit dans sa pomme pour la garder à la bouche et il regarda dans ses poches pour voir s’il trouvait quelque chose qui pourrait aider. Voyons voir… Un cache-œil, un capodastre, un sous-verre, la pomme de tout à l’heure, des pullules contraceptives… oui bah ça faisait bien des années que Jack avait arrêté de se poser des questions sur ce qu’l trouvait dans ses poches, sinon il n’en finirait pas et- oh tient ! Une interro de maths ! Il avait eu une salle note… ah non en fait Ce n’était pas sa copie… Bah remarque, il ne se souvenait pas avoir eu une bonne note en math non plus. Ce n’était pas vraiment son truc. L’école tout court, ce n’était pas son truc. Il état bon en langue mais sinon, il galérait. Il y avait bien les dissections en sciences qui étaient marrantes aussi. Bon, en tout cas, une interro de maths, ça risquait plus d’empirer le mal de crâne du malade que de le soigner donc Jack continua ses recherches et trouva une boîte d’aspirine ! …périmée de 3 ans… Mais il paraît que certains médocs fonctionnent encore 40 ans après leur date de péremption alors… Il ne savait pas si l’aspirine en faisait parti mais vu l’état de l’autre, ça valait peut-être le coup d’essayer. Il jeta d’ailleurs à coup d’œil à ce dernier. Il était retourné dire bonjour au sol et soudain, il éclata de rire. Soit il n’allait pas si mal que ça et il avait trouvé le moyen de garder le moral dans son agonie, soit il allait super mal et il se mettait à délirer. Jack lui souhaitait la première hypothèse mais la seconde semblait plus plausible.

Sinon, il y avait l’anesthésie par la voie forte. Un coup de bâton derrière la tête. Dans les pommes, on ne sent plus rien. Dans les pommes, au sens imagé, bien sûr. Mais en se réveillant ça fait comme même un mal supplémentaire à la tête. A utiliser en dernier recours. Bon, en attendant, il ne pouvait pas le laisser comme ça. Pourquoi ? Bah…parce que. Il valait mieux qu’il ne commence pas à réfléchir à ce qu’il faisait. Evidemment qu’il pouvait le laisser là, comme un chien. Il lui avait remis le bras en place, il n’avait plus d’obligations envers cet homme. Alors oui, il pouvait partir sans se préoccuper plus que ça de son sort. Mais non. Un semblant de conscience peut-être… Il valait mieux pas. Ce n’est jamais bon d’avoir une conscience. Bref, pas la peine de se poser la question. Jack soupira et s’approcha de monsieur cheveux bleus (oui parce que « l’inconnu » ou « l’autre », c’est vite répétitif comme appellation) qui était désormais contre adossé à un tronc d’arbre. Il ne devait pas être totalement conscient, le pauvre. Il ouvrit la boîte de médoc et heureusement, il en restait trois. Il en mit donc un dans la bouche de l’être agonisant. Un comprimé à avaler tout rond. Voilà qui tombait bien, si ça devait se dissoudre dans l’eau, ça aurait été embêtant, vu qu’il n’en avait pas.

Après avoir fait ça, il retira la pomme de sa bouche après avoir croqué un morceau puis il alla s’asseoir en tailleur contre un arbre –qui n’était pas un arbre fruitier-. Il regarda l’autre en espérant qu’il irait mieux quand même… Encore une question, qu’est-ce qu’il en avait à faire qu’il aille mieux ou pas ? Pourquoi il restait là, à surveiller son état alors que c’était un parfait inconnu ? Jack n’en avait rien à cirer des gens. Ils pouvaient bien crever. Alors pourquoi il faisait ça ? Bon, ok, il était un peu responsable de ce qui était arrivé. Ouais, il lui devait bien ça. Bon, inutile de penser à ça. Jack évitait de se poser ce genre de questions. C’était mieux de se demander si un médicament périmé pourrait faire effet. Il se souvint qu’il en avait prit un une fois quand il était malade… Et il lui semblait qu’après, il se sentait mieux. De toute façon, c’est mental, les médicaments. T’en prend un, tu te dis que tu vas aller mieux et, miracle, tu vas mieux. Dans cette logique, l’autre qui ne savait même pas qu’il était périmé, son état devrait s’améliorer. De toute façon, il ne pouvait pas empirer. Et il n’y avait pas grand-chose d’autre qu’il puisse faire de plus pour le moment.

-Si ça va pas mieux, j’peux toujours t’assommer si tu veux…

Il avait dit ça comme ça, d’un air des plus nonchalants. Il espérait quand même pas en arriver là. Bref, en attendant qu’il aille un peu mieux, Jack posa sa pomme sur un genou et sorti de sa poche son petit carnet de dessin et un crayon à papier. C’était bien les deux seuls trucs qu’il était sûr de trouver dans ses poches. Il se mit à dessiner un… un pommier tient… avec un air effrayant digne des arbres qu’on trouve dans les cimetières des meilleurs histoires d’horreurs. Et puis il y rajouta un pendu… un pendu avec une poutre dans le ventre. La question : qu’est-ce qui l’avait tué entre la pendaison et la poutre. Peu importe. C’était un prétexte pour rajouter du sang. Et si ça se trouve, il était mort des deux en même temps. C’était un dessin alors Jack pouvait bien imaginer ce qu’il voulait. Et puis il rajouta d’autres trucs macabres en mangeant de temps à autre un peu de sa pomme qui commençait à ne plus rien avoir à donner à part des pépins. De toute façon, il n’avait plus faim. Il avait vraiment un appétit d’oiseau, le grec. Ce qui est bien avec les petits estomacs, c’est qu’ils se remplissent vite. Ce qu’il y a de moins bien, c’est qu’ils se vident vite aussi… Mais bon, il avait fait une petite réserve pour le prochain casse-croûte.

Bref, un sourire assez enfantin sur les lèvres, Jack continuait de dessiner en attendant que l’autre donne signe de vie ou s’en aille… Et s’il n’en donnait pas ? Bah… on verra. Mais jusqu’à présent, personne n’était mort à cause d’une épaule déboîtée. La seule chose qui pourrait le tuer, c’était qu’un passant avec des envies de meurtres pour des raisons inconnues décide de mettre fin à ses jours. Ce qui serait un peu con, pour le coup. Il aurait souffert pour rien. Bref, Jack attendait. Et puis peut-être allait-il passer la journée, voir la nuit ici. C’était un coin calme et tranquille quand personne ne grimpe dans les arbres et assomme les gens qui ont la malchance de passer en-dessous.


Si être bizarre signifie être différent, alors être bizarre n'est pas forcément une mauvaise chose.


Dernière édition par Jack Karras le Lun 30 Sep - 17:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je te vendrai du rêve
Je te vendrai du rêve

Délits : 96
Date d'arrivée : 16/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: Brisons le silence ! [with Aldaric]   Dim 29 Sep - 15:39

Pouvait-on réellement dire que le jeune anglais était faible ? Pas vraiment. L'épreuve de l'épaule avait été rude mais en même temps, il n'avait pas vraiment eu le choix. Elle lui était tombée dessus. Littéralement même puisqu'il s'était reçu l'étrange bonhomme. Au moins, il avait eu la sympathie de rester pour lui donner un médoc. Un médoc... Était-ce vraiment un médoc, d'ailleurs ? Il aurait pu lui faire avaler n'importe quoi ! Une drogue ? Du poison... Il espérait que ce ne fusse pas le cas.

Son bras semblait extrêmement lourd. Il n'arrivait plus à le bouger, ne serait-ce que d'un centimètre. Ce n'était pas pratique du tout. Surtout dans la ville sous-terraine. Si un malade en soif de sang le voyait ainsi, il serait un proie de choix puisqu'il n'aurait aucun moyen de se défendre. Même travailler lui serait impossible tant qu'il serait dans l'incapacité de bouger. Un instant, il se mit à soupire puis leva le visage vers le ciel. Les larmes montèrent d'elles mêmes sans qu'il puisse les retenir. Elles ne devaient pas couler. Jamais. Sa respiration se calma peu à peu et, la gorge nouée, il se mit à observer de ses prunelles bleues, ce qu'on appelerait presque le ciel. Lentement, il ramena ses jambes et se crispa. Il venait de coller son épaule contre le tronc d'arbre.

Il se souvint alors que son... Bon samaritain ?... était présent. Il tourna le visage vers le sien et tenta d'esquisser un sourire. Plus une grimace qu'autre chose puisqu'il ignorait comment se comporter avec lui. Un merci ? Peut-être qu'il fallait le dire mais un merci, dans ce monde, pouvait s'avérer dangereux. Non, il n'allait pas risquer de pareils choses. Tout simplement, il se redressa pour mieux observer celui qui le veillait. Que faisait-il d'ailleurs ? Un dessin ? Il prenait des notes ? Faisait du repérage ? Plutôt inquiet et curieux, il se racla la gorge


- Hm...Que fais-tu ? Enfin..

Il toussota. Sa voix était rauque, profonde, comme si on l'avait étranglé durant son silence. De plus, l'horrible gout du médicament se fit enfin sentir. Certes, il ne l'avait pas remarqué auparavant, normal, il n'avait pas parler mais là... Une grimace de dégout apparue sur son visage. Non, vraiment, c'était répugnant. A plusieurs reprises, il tenta de dissiper le gout sur sa langue puis poussa un léger grognement. Décidément, c'était tenace.

- Voilà... Donc, je disais, que fais-tu ?

Al' se redressa un peu plus puis d'un rapide mouvement, il appuya la main sur sa clavicule pour éviter de toucher à son épaule. Il devait être prudent s'il ne voulait pas qu'elle se déboite à nouveau. Quelques exercices de respiration et il se calma. Ne pas bouger. Il se ferait une attelle un peu plus tard, quand il serait sûr que la douleur serait de moins en moins existante. Enfin, si possible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Laisse-moi dessiner ta noirceur.
Laisse-moi dessiner ta noirceur.

Délits : 2010
Date d'arrivée : 14/08/2012
Age : 22

MessageSujet: Re: Brisons le silence ! [with Aldaric]   Jeu 31 Oct - 23:50

Au sommet de sa feuille, une lune cachée par de sombres nuages gris. De rares étoiles qui dessinaient dans le ciel une tête de mort digne du meilleur pavillon pirate. Un brouillard qui recouvrait une scène d’un pendu éventré…

- Hm...Que fais-tu ? Enfin...

Au sol, une croix de pierre tombale mise de travers, une main qui sort du sol comme si elle cherchait à entraîner de nouvelles victimes sous la terre pour partager les pissenlits… quoi que sur ce dessin, il n’y en avait aucune de fleur. Pas le moindre signe que le soleil ce soit posé un jour sur ce que représentait cette feuille anciennement vierge. Juste des vieilles racines pourries plantés dans le sol. L’arbre auquel était accroché le pendu semblait bien vieux et desséché. Et puis pour le fun, on rajoute deux ou trois citrouilles. Et puis aussi…

- Voilà... Donc, je disais, que fais-tu ?
-Hein… ?

Pour le coup, Jack avait totalement oublié où il était l’espace d’un instant. Il était totalement plongé dans son dessin. Mais les paroles de l’autre le ramenèrent à la réalité. Sous son arbre à lui qui était en meilleur état que celui sur sa feuille. Il releva la tête et regarda son interlocuteur. Bah tient, il n’était pas mort. En même temps, s’il était mort, il n’aurait pas parlé et Jack ne serait pas sorti de sa rêverie. Ce qu’il faisait ? Il gribouillait ce qui lui passait par la tête, ce qui avait donné lieu à un somptueux décors d’un pendu mort éventré ou…pendu justement… ou encore mort de douleur après s’être fait déboité l’épaule…Nan, ce serait étonnant qu’il soit mort de ça. Ok, ça fait mal, mais pas au point de tuer. D’ailleurs à partir de quel degré de douleur est-ce qu’on pouvait en mourir ? Nan parce qu’en général, ce qui provoque la mort, c’est un organe qui ne peut plus fonctionner correctement. Et quand on torture quelqu’un, on finit souvent par trop l’endommager et c’est plus ça qui le tue plutôt que la vrai douleur. Est-ce que la torture de la goutte d’eau ça fait mal ? Ou ça rend juste fou ? Excellente question. Et est-ce que ça ferait le même effet si à la place de faire tomber une goutte sur le même point de manière répétitive on faisait tomber une patate ou encore un escargot. Parce que les escargots aussi, c’est super désagréable. Bon, ça fait pas mal, mais c’est désagréable. Non, avec les escargots, ça ne fonctionnerait définitivement pas. Parce que le temps que le premier s’en aille, il y aura une pile d’escargot qui sera tombé sur ce dernier, ce qui fera un empilement d’escargot qui ressemblera à la Tour de Pise. Pauvre tour qui s’est retrouvée penchée à cause de… à cause de quoi d’ailleurs ? Mais Jack s’égarait et c’est vrai que l’autre avait engagé une conversation avec lui, ce serait mal poli de ne pas lui répondre.  

-Elle est sans doute penchée à cause d’une avalanche d’escargots…

Une fois de plus la question posée s’était noyée dans le flux de pensées du grec et ce dernier avait répondu complètement à côté. D’autant plus qu’à bien y réfléchir, sa réponse à la question n’avait strictement aucun sens… Mais peu importe. Bref, la conversation allait tourner court à ce rythme-là. Non pas que Jack était super bavard et qu’il adorait papoter avec les autres mais là, l’autre avait visiblement voulu entamer une conversation et elle allait tomber à l’eau, là. Bon, allez, il allait faire un effort pour continuer.

-J’étais en train de dessiner pendant que tu faisais la sieste.

On remarquera qu’il avait enfin répondu à la question de départ. Pur hasard.

Sur ces paroles, il lui montra son dessin, qui était super bien réussi pour un truc fait à la va- vite. Jack avait du talent à ce niveau-là. Il savait très bien rendre l’ambiance qu’il voulait et faire des trucs ressemblant tout en restant dans son style macabre. On ne peut pas être nul en tout. Même si cette qualité était fort inutile, surtout à Underland, il n’en avait rien à cirer, tant qu’il pouvait passer le temps à dessiner ce qui se passait dans sa tête. C’était tellement plus plaisant de voir le monde avec des cadavres plutôt qu’avec des marchands de pommes. En tout cas, c’était beaucoup plus marrant. Voir des gens ramper parce qu’ils ont perdu leur jambe et d’autres qui veulent se gratter mais qui peuvent pas parce que leurs deux bras sont tombés… en parlant de bras… il regarda Monsieur cheveux bleus… ouais nan, c’est trop long comme surnom…va pour Victor. Il ne connaissait pas son prénom alors à partir de maintenant ce sera Victor. Bref, il regarda Victor.

-Sinon ton bras, ça va mieux ?

En attendant la réponse, il ramena son dessin sur ses genoux et gomma une partie de l’arbre pour rajouter une branche sur le point de casser. Puis il rajouta l’effet de brouillard du mieux qu’il pouvait pour éviter que le fait qu’il ait gommé ne se voit trop. Et puis pendant qu’il y était il rajouta deux trois corbeaux. Superbe. Enfin, vu que c’était la nuit, il aurait peut-être mieux fait de mettre des chouettes.


Si être bizarre signifie être différent, alors être bizarre n'est pas forcément une mauvaise chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Brisons le silence ! [with Aldaric]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Brisons le silence ! [with Aldaric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Underland :: RPG – Les alentours :: Les Bois-