Méfiez-vous toujours de votre voisin.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Lun 24 Juin - 11:10

Acte premier – Retour aux sources
« Parfois pour avancer,
Il suffit de savoir se retourner. »
Que s’était-il passé ?

Les flammes brûlaient, si hautes qu’elles semblaient toucher le ciel, peignant la ville de sinistres couleurs rougeoyantes. Il faisait si chaud, j’avais pourtant si froid. Des débris de verre jonchaient le sol, reflétant par de milliers de petits éclats multicolores le spectacle qui s’offrait à moi. Au loin, je pouvais déjà entendre les bruits de la foule s’attroupant au pied du bâtiment pour admirer le spectacle.

Que s’était-il passé ?

Je... je ne m’en souvenais plus. Alors pourquoi, pourquoi cette vision revenait-elle sans cesse hanter mon esprit ? Ce n’était pas vraiment un cauchemar ou un choc. Je n’avais pas peur, du moins pas de ça. Non, ce qui m’effrayait... c’était la part d’ombre dans ce souvenir.

Que s’était-il passé ? Dis-le moi, je t’en prie !...

Je roulai sur mon lit, cherchant désespérément une position qui m’aiderait à mieux réfléchir, ou tout simplement à trouver le sommeil. Ces choses ne se commandent pas, malheureusement. On ne choisit pas quand le passé revient nous hanter, pas plus que ce qui cause ces traumatismes inconscients.

Quelle heure était-il ? Hm, il faisait déjà nuit, en tout cas. L’éclairagiste n’était pas toujours très régulier quant à l’heure d’extinction, mais on pouvait en déduire qu’il était aux alentours 22h passées. A moins que ma notion du temps se mette elle aussi à déconner, eh. Déjà que je ne savais même plus compter les jours, fallait pas trop m’en demander non plus. Je me relevai, commençant à errer dans l’habitation sans vraiment savoir où j’allais. Finalement, ce fut à évier me servir un verre d’eau fraiche. Etrangement, le contact du froid m’aidait souvent à retrouver mes esprits dans ces moments. Moi-même je n’y comprenais pas grand-chose, mais c’était efficace.

Hm... trois personnes me revenaient, associées à cette date. Rosie, Cocaïne, Kyo. Ce dernier, je n’aurais même pas à lui poser la question. Il refuserait d’en parler, de toute manière. Je savais qu’il détestait qu’on fasse des fixations sur ce genre de conneries, que ce n’était pas important, mais c’était presque malgré moi. Rosie, on n’en avait pas entendu parler depuis quelques temps, elle n’avait pas montré signe de vie. D’un côté, c’était tant mieux. Et Cocaïne... je doutais qu’elle soit ravie de me revoir. Chaque fois qu’on se croisait, c’était pour lui attirer les pires ennuis, y’avait de quoi se poser des questions.

« Désolé pour tout ça. »

Soupir. Elle ne m’entendrait pas, et c’était bien ainsi. Que je lui dise en face, qu’elle n’aurait pas compris de toute manière, car ce n’était pas à l’esprit qu’elle s’adressait. C’était de ces choses qui se comprennent sans qu’on parvienne à les expliquer. J’empoignai ma lourde épée et sortit, sans même enfiler mon manteau ou mon écharpe. Il faisait bien assez chaud comme ça, de nuit, on ne risquait pas grand-chose dans le coin. La lame argentée raclait le sol doucement, cette sonorité à laquelle je m’étais habitué depuis tout ce temps. Raven était comme un partenaire de route qui m’accompagnait dans toutes mes galères. Un deuxième œil, une deuxième mémoire.

Je traversai silencieusement les bas-bourgs, montant lentement la rue serpentant entre les habitations. Mes pas m’amenèrent jusqu’en haut de la colline surplombant le parc d’attraction. Un des points les plus hauts d’Underland, je crois. Regarder les manèges à l’arrêt d’ici, quand les bruits des hommes se sont enfin éteints, je trouvais cela agréable. Cela me rappelait quelques jeux ou animés qui se passaient dans ce genre de lieux abandonnés la nuit, l’ambiance me plaisait. Peut-être un jour me risquerai-je à une infiltration nocturne ? Pas que cela soit vraiment sécurisé, mais ils avaient quelques chiens de garde à mes souvenirs.

Je m’asseyais dans l’herbe un instant, une main appuyée sur le sol et l’autre sur le manche de mon arme posée à mes côtés, le regard se perdant dans le ciel nocturne ou ce qui lui servait de substitut. Je n’avais pas l’envie de chercher à les différencier, de toute manière, les seules images du ciel qui me restaient n’étaient que résidus de mes rêves. Mais alors que je commençais à somnoler, un bruit de pas m’alerta. Je ne pris pas la peine de me retourner, me contentant simplement d’écouter, prêt à réagir s’il le fallait cependant. L’approche n’émanait rien d’hostile, mais la surprise aurait tôt fait de le changer. Qui était-ce ?


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)


Dernière édition par Shimaray Etaqua le Sam 18 Jan - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Lun 24 Juin - 20:40



    Plusieurs joues étaient passés depuis cette confrontation avec Rosie. Cocaïne sortait très peu, envoyant Yassine faire ses courses à sa place, elle s'enfermait dans sa chambre ou sortait la nuit pour traîner dans des bars jusqu'à l'aube : rien de très glorieux en soi. Il lui arrivait même de ne pas rentrer du tout, trouvant où dormir à gauche et à droite, ses liens lui servait à quelque chose pour une fois. Plus elle pensait à tout ça et plus ça l'énervait. Pourquoi a-t-elle craqué ? Dans le fond ça faisait gamin tout ça. Comment faisait-elle pour autant influencer Cocaïne ? Plus elle se posait des questions, moins elle avait de réponses, plus elle buvait ou dormait, au choix. C'était inacceptable pour Cocaïne d'avoir perdue. Mauvaise joueuse va ! Une chose était sûre : sa prochaine rencontre avec Rosie serait différente.

    Il fallait que ça change et Yassine prit les devants, la forçant à prendre une douche, à s'habiller et à sortir pour aller autre par qu'un bar : un parc d'attraction. Le garçon avait réussit à remonter le moral de la jeune fille qui avait passé son temps avec son casque de musique sur les oreilles. Bonbons et supercheries étaient au rendez-vous, elle arriva enfin à se changer la tête, à sourire et penser à autre chose. Merci Yassine. Merci du fond du cœur. Que serait-elle sans lui ? Son nouveau bras-droit, son meilleur ami, son confident, son frère. Khalys lui l'abandonnait petit à petit, elle l'insultait de lâche dans sa tête, après tout il s'éloignait de plus en plus et n'intervenait que quand le moment était critique. Elle n'arrivait plus à le comprendre et ne chercha pas à le faire, elle avait sa propre peine à gérer. Oui c'était égoïste, mais lui ne l'était-il pas en l'abandonnant dans sa déprime alors qu'il la voit tous les jours ?

    Le soleil tomba. Cocaïne, la grosse sucette en main et le casque sur les oreilles s'éloigna de son frère lui prétextant vouloir rentrer plus tard. Celui-ci était donc rentré à la villa. La jeune fille finit par jeter la sucette à la poubelle, elle trouvait qu'il était bon, mais trop gros pour elle. La musique à fond, elle ne savait pas où elle se dirigeait et s'en fichait complètement, pour l'instant elle voulait juste méditer seule un petit instant. Faire le point, elle devait se reprendre en main et le savait. Se baladant à droite et à gauche, elle ferma les yeux un instant. Elle inspira un bon coup et continua sa marche en ouvrant les yeux. Brusquement elle se retrouva par terre, elle avait l'impression d'écraser quelqu'un : elle venait de tomber sur un inconnu. La fille se mit à califourchon sur la personne pour voir qui c'était et elle reconnue Shim. Il faut avouer qu'elle pensait à lui parfois, se demandant se qu'il faisait et s'il allait bien. D'un côté elle fut soulagée de le voir là, en pleine forme sauf qu'elle venait juste de tomber sur lui. Gênée, elle se retira et s'assit à côté de lui puis retira son casque qu'elle déposa à côté d'elle.

    - Excuse-moi ! Je ... Je n'ai pas fais attention ...

    Elle était gênée, comme une idiote elle lui avait foncé dessus -même si c'était involontaire, elle aurait put faire attention. Elle ne savait plus où se mettre et se replia sur elle-même, remontant ses genoux au niveau de son visage. Puis elle tilta : Shim l'avait vu pleurer. Et voilà une honte de plus pour Cocaïne, une !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Mer 26 Juin - 12:03

Une musique ? J’arrivais à percevoir ces petits grésillements caractéristiques d’écouteurs à plein volume. Quelque chose que je n’aurais jamais supporté personnellement, j’avais l’ouïe trop sensible sans doute. Du moins, plus fine que ces idiots qui s’assommaient avec du bruit qu’on pouvait entendre depuis l’autre bout du quartier. Au lieu de surveiller son approche, je commençai à essayer de deviner de quel genre de musique il s’agissait. Peut-être une que je connaissais ? Depuis que j’étais dans les ordis les trois quart de mon temps, il m’arrivait souvent de mettre quelques notes dans ma morne vie. Enfin, surtout pour maintenir ma concentration quand les collègues s’engueulaient dans le bureau d’à côté.

Jusqu’à ce que cette personne s’écrase littéralement sur moi. Encore une qui ne regardait pas où elle mettait les pieds en marchant... cela en devenait un virus à Underland. A croire que les gens buvaient tellement que leur sang se changeait en alcool. Apparemment, cela réussissait mieux à certains qu’à d’autres. Enfin, tenir debout dans cet état était déjà un exploit en soit, non ? La personne se redressa, et c’est alors que je la reconnu. Cocaïne ? Elle parut gênée de sa position et se retira, s’asseyant à côté de moi et éteignit son casque qu’elle posa à côté d’elle. Donc c’était elle...

« Excuse-moi ! Je... Je n'ai pas fais attention...
- Je suis surpris de te revoir... on dirait qu'une page s’est tournée. »

En effet, elle semblait changée. Le temps passait, l’eau avait coulé sous les ponts, et il semblerait que chacun ait fait du chemin... à l’exception d’un seul... moi ?

Je ne comprenais toujours pas ce qui s’était passé. Les évènements me revenaient encore, désordonnés, des fragments brisés et éparpillés dans mon esprit. Cocaïne avait agit bizarrement ce jour là, aussi. Quel était son lien avec Rosie, savait-elle des choses que j’ignorerais sur elle ? Au fond, qu’est-ce que ça pouvait bien me foutre... cette femme n’avait rien à voir avec moi. Pourquoi me battre contre elle, n’avais-je pas assez de mes problèmes personnels ?

Occupes-toi de tes problèmes au lieu de toujours chercher à aider les autres !

Je ne cherchais pas vraiment. Je n’avais jamais eut l’impression d’y parvenir, même. Je savais juste que cette salope était un problème d’intérêt général pour Underland, il fallait s’en occuper, c’est tout. Toujours se sacrifier. J’en avais déjà trop l’habitude. Mais qui s’y intéresse ? Toi, peut-être... mais j’ai du t’abandonner.

Je n’ai pas eut le choix, je sais combien tu t’en veux pour ça, mais je ne peux rien y faire. Adieux.

Encore une fois, mon regard se perdait dans le vague, ma présence s’effaçait. Il y avait tant de mots que j’aurais aimé dire à quelqu’un, sans oser les prononcer. Je n’avais pas besoin de l’ennuyer ces bêtises. Qu’y comprendrait-elle, de toute manière ? Mais pourquoi semble-t-elle si différente alors ? J’aurais plutôt pensé qu’elle me haïsse après ça, mais sa réaction était différente.

Je secouai la tête, reprenant mes esprits. Sa présence me mettait un peu mal à l’aise, je ne savais pas quoi dire. Le silence était aussi appréciable, à quoi bon le briser pour si peu ? Il n’était pas temps pour toutes ces questions. Ne devrai-je pas les oublier un peu et attendre que les réponses viennent d’elles-mêmes ? En fait, celles-ci éliminées, il n’en restait plus qu’une qui me revenait.

« Alors, qu’est-ce que tu viens faire par ici à cette heure ? »

Question quelque peu indiscrète, sans doute. Mais je me l’imaginais difficilement trainer dans le coin, surtout devinant à quel genre de business elle se livrait. Un break, en ce cas ? On pouvait difficilement s’en accorder ici, surtout avec ce genre de travail. Je devrais aussi essayer, d’ailleurs, cela me ferait du bien. Même si finalement, pour le peu que je foutais déjà, on n’y verrait pas la différence.


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Sam 29 Juin - 21:33


    - Je suis surpris de te revoir... on dirait qu'une page s’est tournée.

    Comme quoi les apparences sont trompeuses. Non, tout était encore d'actualité, elle revoyait tout dans ses rêves. Le rire sadique de Rosie, le fait qu'elle ait pleuré devant Shim et ses hommes, l'explosion, tout. Un vrai cauchemar qui l'empêchait de dormir la nuit. Elle s'endormait avec des somnifères, buvait et fumait pour faire passer le tout. Elle mangeait peu et avait même perdue quelques kilos. Heureusement pour elle que Yassine était là, sinon elle serait morte. Comment ? Avec la peau sur les os, pour peut-être à cause de l'alcool ou la drogue, au choix. Le temps avait mal fait son oeuvre, il avait fallut que Yassine -son nouveau bras-droit- se charge d'elle. Merci Yassine, dieu merci tu es avec moi. Sur le coup elle se demanda si quelqu'un d'autre que lui aurait osé secouer Cocaïne. Il faut l'avouer : elle avait perdu la tête. À cette période elle avait besoin de quelqu'un. Quelqu'un qui pouvait la comprendre et la prendre dans ses bras pour la rassurer. Un peu d'affection c'est trop demandé ? Sans doute parce que même Yassine n'avait pas osé le faire. Elle avait besoin de quelqu'un qui la prenne dans ses bras, même pour quelques minutes. Elle n'était pas en manque d'affection vu qu'elle n'a jamais reçu. Elle avait juste besoin de quelqu'un pour l'épauler. Après chacun sa façon de faire non ? Khalys restait froid, Yassine la forçait à aller à un parc d'attraction et son boss n'avait même pas demandé de ses nouvelles. C'est dans ce genre de moment qu'elle se sentait seule, comme quand elle était en cage. Quand elle appelait quelqu'un personne n'était là, ici quand c'était pareil. Personne, encore toujours seule, pendant combien de temps encore la solitude allait-elle la suivre ? À vie ? Alors autant se suicider. Même s'il est dit qu'il vaut être seule que mal accompagné, Cocaïne préférait être mal accompagné. La solitude elle avait eut sa dose.

    Shim tira Cocaïne de sa rêverie en lui posant une question. Qu'est-ce qu'elle était venue faire ? Question indiscrète, mais elle s'en fichait. Elle était venue se changer les idées, penser à autre chose voir même tenter l'impossible : oublier.

    - J'avais besoin de me changer les idées, rien de très glorieux en soi. Et toi ?

    Lui avouer qu'elle avait perdu la tête à se saouler dans des bars ? Jamais ! Lui dire qu'elle était venue de force ? Encore moins ! Lui dire qu'on l'avait forcé à s'amuser ? Non merci. Avec Yassine en plus ? En quoi ça le regarde ?! Stop. Ce qu'elle venait de dire lui suffisait, après s'il voulait en savoir plus il pouvait demandé. Sauf qu'elle aurait du mal à lui expliquer. Maintenant il devait avoir une mauvaise impression d'elle, c'était dommage puisqu'elle l'aimait bien. Après tout il l'avait aidé quand elle en avait besoin. Il avait un bon fond et était honnête, alors qu'elle non. Il était mieux qu'elle. Rhaa arrêtes de penser ainsi toi ! T'enfonces pas dans une déprime ! Elle restait assise, les genoux près de son visage.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Mar 2 Juil - 20:27

Se changer les idées, hein ? Apparemment, elle avait bien réussi à mettre tout ça de côté. Et par ma faute, tout allait revenir la harceler, cette lueur folle qui tourne et tourne jusqu’à nous faire perdre la tête. Dans tous les cas, elle n’avait pas envie d’en parler. C’était une bien drôle d’idée de venir se changer les idées ici, tout de même. A moins qu’elle n’entende profiter du parc avant sa fermeture, mais je n’en connaissais pas beaucoup qui apprécient les promenades solitaires au clair de lune.

Marcher, marcher, mais où me mèneront ces pas au final ? C’était devenu une seconde nature. Le seul moyen de déplacement qu’il nous restait encore de libre, ou presque. Allez où bon nous semble, par notre seule volonté. De la distance, on pouvait dire que j’en avais parcouru dans cette courte vie. Beaucoup de sur place, beaucoup de détours et de retours en arrière aussi. On pourrait aussi se dire que ça n’avait servit à rien. Du temps perdu, quoi d’autre ?

Je lâchai un long soupir. Et moi, hein ? Qu’est-ce que j’étais venu faire ici, bonne question. Je marchais depuis tout ce temps, sans savoir pourquoi, et encore moins où j’allais. C’est peut-être pour cela aussi que je continuais inlassablement ; que faire d’autre, de toute manière ? Rester en place dans une case, je n’avais jamais pu le supporter. C’était presque malgré moi. Alors, qu’essayai-je d’oublier ? J’aurais plutôt dit que je cherchais des réponses, alors quoi, qui devrais-je croire ? Tout cela me fatiguait à un tel point que je n’avais même plus l’envie de chercher à comprendre mes raisons. Tout ce que je savais, c’est que m’arrêter équivalait à mourir. Pourtant, avais-je seulement l’envie de survivre ? Si je le faisais, ce n’était sans doute pas pour moi.

« Je n’en ai aucune idée. »

Je me relevai, ramassant ma lourde épée et tournant mon regard à l’opposé du sien. Je serrai les poings, retenant quelques paroles qui auraient été de trop. A peine ravalées, je n’étais déjà plus capable de m’en souvenir. C’était de ces mots qui restaient coincés dans la gorge sans jamais vouloir sortir, jusqu’au jour où il était trop tard. Mais inutile de pousser à la confrontation maintenant, il était trop tôt encore.

Crois-tu que l’on pourra t’aider si tu ne dis rien ?

Et comment étais-je supposé dire les choses ? Aucun mot, aucun langage ne pouvait les exprimer. Et aucun être sur cette Terre ne pourrait les comprendre. C’était inutile. Strictement inutile, alors pourquoi, pourquoi t’entêter ? Idiote, tu le répétais sans cesse, sans même essayer de comprendre.

Machinalement, je levai ma claymore et la pointai sur le sol poussiéreux, y traçant un grand symbole devant moi. Une sorte d’étoile inachevée qui s’allongeait à la manière d’une flèche sur l’un des côtés. Il n’y avait qu’une personne capable de comprendre ce signe, autre que moi.

« Désolé, j’ai besoin de bouger. J’ignore où je vais, mais je sais que je dois y aller... »

La dernière fois, je m’en souviens encore, je l’avais trainée à travers le bois. Pas vraiment un souvenir agréable. Cette fois, elle avait le choix. Bah, il était peu probable qu’elle aille me suivre. Pourquoi espérais-je qu’elle le fasse, en ce cas ? Cette fille, c’était bien l’une des rares personnes que je ne puisse comprendre. Une partie des données m’échappaient complètement, tout simplement impossible d’interpréter ce genre de comportements. Prévoir l’imprévisible, cela faisait partie de mon quotidien. Avec les hommes aussi, mais certains avaient des histoires différentes, ce quelque chose d’imperceptible qui démontait toute tentative de lien logique. Cocaïne en faisait partie, c’était l’évidence même.

Après une courte hésitation, je me mis finalement en route, ma lourde lame trainant sur le sol derrière moi, sans un regard en arrière. Au lieu de descendre vers l’entré du parc, je préférai quitter le chemin et longer le bord pour redescendre de l’autre côté. Même si je ne venais que rarement dans le coin, je commençais à bien connaitre Underland. La plupart des zones calmes, je m’y rendrais les yeux fermés. A force de fuir la fréquentation humaine et de passer mon temps à flâner, fallait pas s’en étonner. Alors, où allais-je aller cette fois ?


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Mer 3 Juil - 22:01

    Alors comme ça il ne savait pas pourquoi il était venu. Sur le coup Cocaïne observa l'homme, assez intriguée par sa réponse. Ça voulait dire quoi ça rien ? Qu'il ne savait vraiment pas ou qu'il ne voulait pas répondre ? Bonne question. C'est comme s'il n'avait pas réussit à tourner cette page, comme s' il vivait encore dans le passé, revoyant rncore et toujours les mêmes images. Il est vrai que Cocaïne n'était pas mieux placée parce que si Yassine ne l'avait pas forcer en lui disant qu'il se laverait avec elle si elle ne bougeait pas, elle serait encore dans son lit à boire comme un trou sans fond. Donc bon, elle aussi restait encore coincée dans ce passé. Surtout que quand elle avait trop fumé, elle voyait des bareaux l'encercler, des piqûres par terre -alors que c'était que de simples bouteilles vides- et d'autres choses comme des gamins à moitiés morts, mutilés -même si c'était Yassine qui venait prendre sa température parce qu'elle avait trop de fièvre. Oui oui, quand on est défoncé on a de la fièvre.

    Il se leva. Il voulait partir. À cause d'elle ? De sa venue ? Est-ce qu'il la détestait lui aussi ? Beaucoup de personnes détestaient Cocaïne -son père le premier. Pourquoi ? Parce que les cobayes ne sont pas aimés, tout simplement. Ils se font mutilés, torturés à cause des effets secondaires des piqûres avec leurs aiguilles non stérélisées. On les sous-nourrit, on les bats pour qu'ils arrêtent de se débattre. Non ils ne sont pas aimés et elle faisait partie de ceux-là. Et si lui aussi la détestait ? Cette idée ne lui plaisait pas à vrai dire. Ça lui fit même un pincement au coeur. Alors elle se leva et le suivit. Elle attrapa le garçon par son poignée et s'arrêta brusquement, forçant Shim à faire de même. À vrai dire elle hésitait. Et si elle était déçue et qu'il la détestait vraiment ? Non non sois positive Cocaïne.

    «Dis moi ... Est-ce que tu me déteste à cause de cette histoire avec ... l'autre ?»

    Pour l'instant elle n'y arrivait pas. Dire le prénom de l'autre pute l'énervait plus qu'autre chose. Cette femme qui battait les enfants, non elle ne pouvait pas en plus ce n'était pas une femme, mais un monstre -et encore c'est une insulte pour eux. C'est vrai que ça peut paraître bizarre quand on ne connaît pas la vie qu'elle avait eut en haut. Sauf qu'elle préfèrait la vie en bas, au moins elle n'était pas en cage et avait des proches. Alors qu'en haut elle n'y avait vu que du sang, entendue que des cris et enduré pas mal de tortures.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Jeu 4 Juil - 20:35

Je sentis sa main se poser sur la mienne. Je m’arrêtai, me tournant légèrement pour pouvoir la regarder de face. Qu’est-ce qu’elle me voulait ? Je ne m’attendais pas à cette réaction. Décidément oui, elle n’agissait pas selon la logique que je pensais commune à la majorité des hommes. Peut-être parce que les idiots agissent toujours de la même façon, et que les autres ne se contentent que de suivre. Elle serait différente, alors ?

« Dis moi ... Est-ce que tu me déteste à cause de cette histoire avec ... l'autre ? »

L’autre ? Cela pouvait être beaucoup de personnes différentes. Mais tout cela renvoyait à la même date. A la même histoire. Celle qui me tourmentait depuis tous ces jours. Je ne savais même plus ce qu’il s’était passé exactement. Elle avait pleuré, oui. L’autre salope avait rit. Et les explosifs avaient emporté des dizaines de vies – ou ce qu’il en restait. Il avait du se passer autre chose, sans doute. Mais pourquoi la détesterai-je alors ? Je ne comprenais pas le sens de sa question.

« Pourquoi fuis-tu encore ? Pourquoi devrais-je te haïr ? Cette histoire n’a aucun sens... »

C’est vrai, quel que soit le bout par lequel je prenais l’affaire, cela ressemblait à un jeu stupide. On était censés s’amuser, non ? Du moins, mettre au point certaines choses avec nos anciens alliés. N’est-ce pas, Ken ?... Au final, c’est elle qui s’était joué de nous. Avait-elle autant de pouvoir sur cette fille ? Rosie gouvernait par la haine, ça avait toujours été ainsi. Monter ses ennemis les uns contre les autres, les mettre à son compte, elle gagnait sur tous les tableaux. Non, vraiment, j’ignorais totalement ce qu’elle avait pu lui faire subir pendant ce temps. J’avais envie de savoir, mais j’avais aussi peur de cette vérité et du pouvoir qu’elle pourrait avoir.

Savoir c’est mourir. Tu es déjà mort, mais je peux te ramener à la vie.

Pourquoi faire ? Ca n’a aucun sens, tu l’as dis, non ? Pourquoi veux-tu comprendre, qu’est-ce que ça t’apporte, de faire souffrir les gens ? Cela te plait ?

Non, cela ne me plait pas. J’en ai assez de ne voir et provoquer que souffrance autour de moi. C’est plutôt toi qui devrais me haïr, non ? Alors pourquoi te caches-tu, pourquoi as-tu peur que je te déteste ? Je ne comprends pas... je ne te comprends pas. Et si c’était nos destins, de croiser nos voies encore une fois ? Et que se passera-t-il, est-ce que ce fil invisible se brisera si je fuis ? Est-ce que si je parle, tu comprendras ? Je me retournai à nouveau, libérant ma main de la sienne.

« ... S’il te plait, viens... » murmurai-je d’une voix à peine audible.

A peine ces mots furent emportés par la brise que je me remis à marcher, la laissant seule face à son choix. Me suivre et chercher des réponses, ou rentrer et renoncer. Est-ce que cela valait seulement la peine de se prendre la tête pour ces histoires ? Je ne pouvais m’en empêcher. J’étais convaincu que cela ne servait à rien, ou plutôt j’essayais de m’en convaincre, me le répétant inlassablement jour et nuit. Mais rien n’y faisait. Je voulais savoir... je voulais mourir.


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Ven 5 Juil - 15:49

    « Pourquoi fuis-tu encore ? Pourquoi devrais-je te haïr ? Cette histoire n’a aucun sens... »

    Elle ne s'attendait pas à ce type de réponse. Pourquoi devrais-je te haïr ? Parce que Rosie le fait, le père même de Trish le fait, parce qu'elle a été un cobaye ou qu'elle vend d'la drogue ? Choisis mon grand ! Sauf qu'il ignorait tout cela. Il devait savoir qu'elle appartenait à un genre de groupe ou un truc du genre de mafieux -en même temps pas étonnant quand on voit la carrure de Khalys. Il ignorait son passé. Il trouvait que ça n'avait pas de sens ? Pour lui ça n'en avait pas, mais pour la fille si ! Pour elle c'était important ! Elle voulait que sa vie à Underland se passe comme elle le voudrait et ce qu'elle voudrait c'est être aimé, est-ce trop demandé ? Il ne pouvait pas comprendre, on ne peut pas comprendre sans avoir vu ou vécu. Il ne comprendra peut-être jamais ? Même si elle lui raconte, est-ce qu'il pourrait comprendre ? Elle en doutait. Il ne savait pas ce que c'était que de grandir dans la violence -enfin elle ne connaissait pas son passé non plus. Devait-elle lui expliquer ? Tout lui raconter de A à Z ? Pas maintenant, elle ne se sentait pas à l'aise à raconter ça à quelqu'un devant qui elle avait pleurer. Pourquoi ? Parce qu'elle avait peur de craquer à nouveau. Elle a quand même passé dix-huit ans de sa vie à souffrir physiquement et dix ans mentalement. Oui, à ce moment-là elle repensa à  ce petit garçon qui était mort part sa faute. Elle s'en voulait encore, il était mort à cause d'elle, elle ne voulait pas que ce genre de chose arrive aussi. Shim lui demanda de le suivre et partit devant. Elle le suivit. Elle marcha vite pour arriver à son niveau.

    - Où est-ce qu'on va, Shim ?

    Il devait sans aucun doute vouloir un endroit plus tranquille alors elle le suivait, naïvement, laissant son casque de musique là-bas. Peut-être que quelqu'un le trouvera ? Tant pis, elle s'en achèterait un autre. Depuis qu'elle avait rencontré Shim, elle avait eut beaucoup de soucis et à ce moment-là elle se demandait même si elle n'allait pas en avoir à nouveau. Ce mec était limite un aimant à ennuie, sauf qu'elle suivait cet aimant. Pourquoi ? Parce qu'elle l'appréciait, parce qu'il lui avait demandé de le suivre et qu'elle ne se voyait pas refuser -franchement aucuns des deux protagonistes n'avaient le morale, limite s'ils déprimaient. En tout cas elle espérait être tranquille cette fois, pour discuter avec Shim et essayer d'le comprendre, en apprendre plus sur lui, savoir pourquoi il était à Underland -parce qu'il n'a pas une tête de bandit.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Sam 6 Juil - 13:11

« Où est-ce qu'on va, Shim ? »

Bonne question. Cela avait l’air stupide, peut-être, mais je n’en avais aucune idée. Je laissai mes pas me guider, comme toujours, allant à travers les rues au rythme de mes souvenirs. Rien ne semblait tourner rond chez moi. Rien n’avait jamais tourné rond, en fait. Qui s’intéresserait à quelqu’un comme moi ? Je n’avais rien de particulier, si ce n’est une folie qui incompréhensible qui faisait tout ce j’avais de précieux. Triste, déprimant, et les ennuis qui semblaient fondre sur moi comme des sangsues à ne plus pouvoir s’en défaire. Que pouvais-tu espérer de quelqu’un comme ça, vraiment ?

Pourtant, elle m’avait suivit. Elle avait fait ce choix, consciemment ? Je ne pouvais être dans sa tête pour le savoir, je ne savais rien d’elle au final. C’était sans doute là la clé du mystère, pourtant, je ne me sentais pas lui demander de raconter tout ça. Est-ce qu’il y avait ne serait-ce qu’une infime chance qu’elle accepte ? Quant à la mienne, il n’y avait sans doute pas plus de chance pour qu’elle y porte quelconque intérêt. Et moi non plus, je n’avais pas envie d’en parler devant elle.

« Qu’est-ce que tu cherches, le sais-tu ?... Je ne sais pas où je vais, ni après quoi je cours, et toi ? Si tu m’as suivi, c’est que tu cherches quelque chose toi aussi... n’est-ce pas ? »

Sans savoir ce que l’on recherche, il est en effet beaucoup plus difficile de le trouver. C’est ainsi avec ces choses intangibles, que l’on ne peut pas même définir avec des mots, et qui pourtant nous font défaut jusqu’à nous tuer. Et moi, qu’est-ce que je chercher ? Je n’en sais rien, je n’en ai aucune idée. Combien de fois avais-je répété ces phrases. Tu ne crois pas que c’est un peu facile, de toujours te défiler ainsi ? Etais-je censé avoir réponse à tout ? Etais-je censé ne rien cacher, toujours avoir les mots pour les expliquer ? Oui c’était trop facile, mais c’était ma seule option viable actuellement.

Tout en marchant lentement sur le long de la falaise, je regardais distraitement les attractions en contrebas, comme de vieilles photos qui auraient figé dans le temps des souvenirs qui ne nous appartiendraient pas. C’était un peu ce qui m’arrivait, à force d’essayer de m’imaginer une autre vie. La mienne ne me semblait rien de plus qu’un cadeau empoisonné que je n’aurais plus le cœur de jeter. Soupir.


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Jeu 11 Juil - 19:30

    « Qu’est-ce que tu cherches, le sais-tu ?... Je ne sais pas où je vais, ni après quoi je cours, et toi ? Si tu m’as suivi, c’est que tu cherches quelque chose toi aussi... n’est-ce pas ? »

    Ce qu'elle cherches ? Ce n'est pas bien compliqué, elle cherche quelque chose qu'elle n'a jamais eut en vivant dans le monde d'en-haut, elle cherche quelque chose de précieux, assez difficile à décrire. Sauf qu'elle se voyait mal lui dire, trop timide peut-être ? Ah non, ce n'est pas dans ta personnalité Cocaïne, reprend-toi voyons ! Qu'est-ce qui te prend ? C'est sa question qui te dérange ? Tu n'as pas à te justifier tu sais ni répondre, tu peux repartir, lui tourner le dos et appeler Yassine pour rentrer. Sauf qu'elle ne pouvait pas l'abandonner là, perdu, sans personne. Si ? N'es-tu pas censée être cruelle Cocaïne ? Tuant tout ce qui te passe sous la main ? Voulant te venger de l'humanité entière ? Tu n'as pas changé, tu restes la même alors fais le. Sauf que cette fois elle allait regarder la vérité dans les yeux. Elle tourna la tête, elle n'osait pas lui dire ça, mais elle prit son courage à deux mains.

    - Ce que je cherches hein ? Hum ... Ça peut paraître complètement futile à tes yeux ... Mais ce que je cherches c'est ... Du bonheur ? Être appréciée comme je suis ? Des choses que je n'ai pas connu dans ma vie d'en-haut. Ou oublier, ça peut être bien ça aussi.

    Chose qu'elle avait en partie trouvé grâce à Khalys et Yassine -quoi que Khalys l'ignorait toujours autant, égoïste ! Oublier quoi ? Ce petit garçon mort à cause d'elle. Pardon encore petit, elle n'a rien pu faire à ce moment-là et tu es morte à cause d'elle. Pourtant elle t'aimait vraiment de tout son cœur, tu étais son unique ami et tu es mort pour ça. Au moins elle a essayé de te venger en tuant un homme, sauf qu'elle avait juste signer son contrat pour atterrir en prison. Maintenant elle devait se faire une raison, il est mort et les mort ne reviennent malheureusement pas à la vie. Elle soupira, le fait de penser à ce garçon l'avait rendu triste et nostalgique. Elle pensait à tous ces bons moments qu'ils avaient passés ensemble. Quand il essayait de lui apprendre à lire mais, qu'elle n'y arrivait pas. Quand il lui prêtait des jouets pour s'imaginer un scénario avec des sorcières et des dragons. Que de bons souvenirs. Et elle revue sa mort aussi, torturé devant les yeux de la fille qui le vit mourir, tué par son paternel. Rhaa stop, arrêtes de penser à tout ça, maintenant c'est finit, c'est du passé, ça n'a plus d'importance. Elle n'osait plus regarder le blond dans les yeux, assez gênée de lui avoir dit ça. C'est vrai que pas grand-chose pour certains, mais c'est beaucoup pour d'autres comme Cocaïne. Il risquait de la trouver encore plus bizarre, il allait sans doute avoir une mauvaise image d'elle à force. Devait-elle partir pendant qu'il en était encore temps ? Elle continua la marche avec Shim sans savoir où ils allaient, au fond les deux sont perdus.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Lun 15 Juil - 20:51

« Ce que je cherches hein ? Hum ... Ça peut paraître complètement futile à tes yeux ... Mais ce que je cherche c'est ... Du bonheur ? Être appréciée comme je suis ? Des choses que je n'ai pas connues dans ma vie d'en-haut. Ou oublier, ça peut être bien ça aussi. »

Je restai impassible, mais une vague tristesse assombrissait déjà mon regard. J’avais peine à croire que ces mots étaient réellement sortis de sa bouche. Qu’elle ait osé parler, là, face à quelqu’un comme moi. A quel point en était-elle pour n’avoir plus que la parole comme seul recours ? Et pourquoi moi ?

Souviens-toi, Shim, ces moments passés ensemble...


Oui, je me souvenais. Dans le temps, il y avait bien une personne qui me confiait tout, à qui je pouvais parler. Une chance que tout le monde n’a pas. Je n’avais pas eut beaucoup d’amis, pour ne pas dire presque aucun, mais cette fille avait toujours été là pour moi. Elle lui ressemblait un peu aussi, en quelques sortes. Timide, elle parlait très peu mais savait utiliser les mots qu’elle employait. Encore une chose que je ne saurais jamais faire, tiens.

Jamais je n’aurais su dire ce qui faisait que certaines personnes me trouvaient des qualités tandis que d’autres ne vivaient que pour m’enfoncer. Les premiers sont des fous, les autres des cons. C’est ce que tu disais. D’un certain côté, je partageais aussi cet avis. Et toi Cocaïne, de quel camp est-tu ? Je n’arrivais toujours pas à te cerner. Une froideur apparente qui te quittais face à moi, j’aimerais comprendre pourquoi...

Et je ne dis rien, continuant la marche d’un pas régulier, presque mécanique. Que pourrai-je dire ? Il n’y avait aucun mot pour répondre. Du bonheur, être appréciée... l’éternelle quête de chaque vie.

Est-ce que tu es heureux d’être avec nous ?

... les mots restaient coincés dans ma gorge, une douleur insupportable m’empêchait de parler. J’ignorais même si je l’étais. J’aurais voulu répondre que oui pour ne pas les blesser, mais je sentais au fond de moi qu’il manquait quelque chose. Le bonheur, oui, je sais ce que c’est... je l’ai connu pendant ces longues soirées d’été à regarder les étoiles ensemble. Mais le monde m’a trop fait souffrir, ma main criblée d’entailles a lâché prise.

Je m’arrêtai soudainement, les pieds au bord du gouffre, reprenant mes esprits. Je ne tressailli même pas en réalisant qu’un pas de plus aurait signé ma mort. Qu’est-ce que j’en avais à foutre, de toute façon ? Cette promesse que je t’avais faite, tient-elle encore après tout ce qui s’est passé ? A y repensé, cela ne faisait même pas un an que j’étais ici. Mais cela me paraissait une éternité. Ou simplement avais-je réalisé que je ne sortirais jamais...

« Du bonheur ? La souffrance de ce monde, je la vis et je la partage avec tous ces qui croisent ma route depuis des années. Mais tu ne dis pas toute la vérité, n’est-ce pas ? – Je fis un pas en arrière, tournant mon regard vers le sien – Joie et tristesse sont un équilibre. Si tu souffres aujourd’hui, c’est que tu as connu le bonheur et que tu en payes le prix, n’est-ce pas ? »

Quel genre de vie avait-elle eut avant cela ? Sans doute bien cruelle, bien plus que la mienne. Mais si la balance semble souvent pencher du côté négatif, c’est bien parce qu’une joie est beaucoup plus précieuse qu’une peine, et qu’il en faut beaucoup plus pour équilibrer. C’est aussi parce qu’elles restent ancrées dans nos mémoires et nous rendent nostalgiques, alors que la tristesse est bien vite refoulée. Mais d’une manière différente. Le fond en était terni par tant de malheurs, mais ce qui rendait ces souvenirs si brillants ainsi que les étoiles dans la nuit. Je détournai alors le regard, faisant nerveusement virevolter mon épée.

« Peut-être que je t’apprécie, et après ? Je doute que tu cherches quelqu’un qui traine la peine sur son sillage. »

Le bruit de la lame pénétrant la terre ponctua la fin de la phrase. Je soupirai silencieusement, attendant de voir si elle réagirait tout en regardant devant nous pour tenter de nous repérer. Perdus, sans doute, mais nous finirions bien par retrouver notre route. C’est ainsi qu’on se dirige, quand on ne suit pas les sentiers balisés.


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Ven 19 Juil - 19:02

    Il ne répondit pas, restant silencieux, il avait toujours à la même vitesse, aucun commentaire. Qu'est-ce que ça voulait dire ? Qu'il n'en avait rien à faire ? Que c'était stupide et qu'il préférait ne faire aucun commentaire pour ne pas la vexer ? Répond Shim, bon dieu dit quelque chose ! Cocaïne suivait, sage comme un agneau, tête baissée. Qu'est-ce qu'il lui avait prit de lui dire ça ? Elle se mordit la lèvre inférieur jusqu'au sang, pauvre conne ! Il s’arrêta un moment, la jeune fille fit de même. Ils étaient au bord du gouffre tous les deux, l'idée de se jeter n'était pas, au moins elle ne saurait plus rien, elle serait éteinte et sa peine avec. Elle leva les yeux pour regarder Shim.

    « Du bonheur ? La souffrance de ce monde, je la vis et je la partage avec tous ces qui croisent ma route depuis des années. Mais tu ne dis pas toute la vérité, n’est-ce pas ? Joie et tristesse sont un équilibre. Si tu souffres aujourd’hui, c’est que tu as connu le bonheur et que tu en payes le prix, n’est-ce pas ?
    - Bonheur ? Dois-je te dire que je ne connaissais pas ce mot avant d'atterrir ici ? Parfois l'équilibre n’existe tout simplement pas dans une vie, tu sais ?»

    Et ça c'est bien vrai. Elle n'allait pas à l'école, n'a aucune culture générale, n'a apprit qu'à compter en arrivant à Underland et ne sait encore pas lire. Elle a toujours connu la souffrance, grandit dans la peur, les cris et a vu la mort à de nombreuses reprises. Alors c'est ça d’être heureux ? C'est pleurer jusqu'à ne plus pouvoir cligner des yeux, se faire battre jusqu'au sang ? C'est ça ? Alors oui elle l'avait connu. Ça voulait dire qu'elle avait énormément aimée pour ce qu'elle était : un cobaye. Shim faisait joujou avec son épée tandis que la jeune fille s'assit au bord du gouffre, laissant ses pieds pendouiller dans le vide.

    « Peut-être que je t’apprécie, et après ? Je doute que tu cherches quelqu’un qui traine la peine sur son sillage.
    - Oh c'est vrai tu m'apprécie ? »

    Laissant ses jambes dans le vide, elle leva la tête pour le regarder dans les yeux. Dis le Shim, pour une fois que quelqu'un lui dit ce genre de chose. C'est tellement agréable. Au fond elle espérait qu'il confirme cela, après tout il avait dit "peut-être", ce n'était pas quelque chose de sur. Etre apprécier, ça doit être un sentiment si bon. Sentir que tu es aimée, que quelqu'un te porte de l’intérêt pour ce que tu es réellement et non ce que tu montres. Oui agréable, mais difficilement vivable pour Cocaïne qui n'était jamais allée à l'école et qui avait passé sa vie dans un laboratoire. Même en laboratoire tu n'as aucune attention. Tu meurs ? Bah tant pis, on te remplace ! Elle avait déjà vu ça tellement de fois que maintenant pour l'ancienne cobaye les relations humaines fonctionnaient ainsi. Elle n'a rien vu de différents. C'est d'ailleurs pour ça qu'elle faisait des choix cruels parfois concernant son groupe d'homme, tu crèves t'es remplacé, c'est tout alors reste en vie. Surtout vie ! Garde ta respiration, sourit et vie. Tue tout le monde sur ton passage qu'il le faut, ici c'est un peu la loi du plus fort non ? Alors sois le meilleur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Dim 4 Aoû - 18:20

L’équilibre n’existe tout simplement pas dans une vie. Il y avait du vrai dans ces paroles. Tout équilibre est global, on ne pouvait tous être égaux dans la joie comme dans le malheur, car nous générions l’un comme l’autre chez les personnes qui nous accompagnent. Des gens sont heureux, que ce soit un état d’esprit ou une chance miraculeuse, cela signifiait que d’autres devraient porter le poids de la peine qu’il n’aurait pas. Toi aussi Cocaïne, tu fais partie de ceux-là ? Mais nier l’avoir connu... j’avais un peu de mal à y croire, même venant d’elle.

« Oh c'est vrai tu m'apprécie ? »

Je ne répondis pas. Pourquoi demandait-elle cela ? N’était-ce pas déjà assez difficile à dire pour vouloir me faire répéter ? Je n’avais pas envie de m’attacher... pas après tout ça. Les liens sont des choses puissantes, des armes redoutables pour ceux qui savent les utiliser, et des entraves meurtrières si on s’y laisse prendre. J’en avais suffisamment fait les frais pour le savoir. Bien peu comparé à d’autres, certes, et après ? Y avait-il raison à se méfier, je n’en savais trop rien. Je ne voulais pas le savoir. Cocaïne avait l’air bien trop fragile intérieurement pour être de ce genre de manipulateurs, mais apparences et réalité restaient deux mondes différents.

Alors quoi, qu’allais-je lui répondre à présent ? Oui, je t’apprécie Cocaïne. Que c’était simple sur le papier, mais si dur à prononcer. Etait-ce seulement vrai, d’ailleurs ? Je ne savais toujours pas reconnaitre ce sentiment. Toutes les personnes que j’avais cru apprécier m’étaient devenues hostiles, presque toutes. Ferait-elle aussi partie de celles-là si je lui en laissais l’occasion ? On ne pouvait plus se permettre d’attendre d’être blessé pour riposter. Tue avant d’être tué, survis, ou meurs. Il n’y avait pas d’autres alternatives.

« Qu’est-ce que ça t’apporterai ? Et toi, tu m’apprécies peut-être ? A quoi bon le répéter si ces mots sonnent faux... Tous les souvenirs que j’en ai, c’est d’une autre vie que les tiens. Ou les ai-je simplement inventés ? »

Peut-être bien que oui. De vagues souvenirs, il s’était écoulé une éternité depuis. Tant de chemin parcouru pour au final rester au point de départ. Depuis que j’étais descendu à Underland, c’est comme si j’étais mort. Comme si mon ancienne vie ne m’appartenait plus. J’avais perdu mon ancienne vie, et la seule chose pour laquelle je vivais avec elle. Et à présent, c’était le vague espoir de la retrouver qui me faisait avancer, encore et toujours, dans ce brouillard obscur qui ne me laissait entrevoir aucun futur.

Un long frisson me parcouru l’échine. D’un geste fluide, je fis pivoter ma lame et la glissait dans ce qui me servait de fourreau, prêt à repartir. Je ne savais plus quoi dire, plus quoi penser, plus quoi faire. Avancer, c’était la seule chose qu’il me restait à faire. Peu importe où j’allais, il fallait que j’y aille. A mon tour de fuir, une fois encore. Quelque chose m’appelait. Alors je me remis à marcher, m’éloignant sans bruit ni un mot, me fondant dans l’ombre des arbres tandis que les jambes de la jeune femme se balançaient toujours dans le vide.

Désolé de te laisser. Désolé de t’abandonner toi aussi, mais je ne peux rien faire. A quoi rime une présence inutile comme la mienne ? Même à cette question, je n’ai pas la réponse...


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Lun 19 Aoû - 20:49


Il mit à nouveau du temps pour répondre. Pourquoi ? A quoi bon ? Pour trouver un moyen de la rejeter ? Pas qu'elle se soit confessée mais bon. C'est donc si dur de dire "oui" ou "non" ? Un simple petit mot qui pouvait changer tant de chose. Eh oui, le pouvoir des mots est trop sous-estimé, pourtant c'était un simple petit mot qui allait tout changer. S'il répondait "non", elle risquait de l'éviter, limite elle pourrait le détester. Et s'il répondait "oui", qu'est-ce qu'elle ferait ? Elle ne savait pas, non elle ne savait pas. C'était dans ce monde horrible qu'elle commençait à être appréciée pour celle qu'elle était. Oui, il avait fallut qu'elle aille en prison pour être enfin "tranquille". Assez stupide dis comme ça, pourtant c'était le cas.

« Qu’est-ce que ça t’apporterai ? Et toi, tu m’apprécies peut-être ? A quoi bon le répéter si ces mots sonnent faux... Tous les souvenirs que j’en ai, c’est d’une autre vie que les tiens. Ou les ai-je simplement inventés ? »

Que répondre à ça ? Elle baissa simplement la tête, laissant encore ses jambes dans le vide. Elle ne dit rien. Un blanc pesant s'installa et entendit l'homme marcher. Donc il partait ? Elle n'allait pas le retenir. A quoi bon retenir quelqu'un qui vous rejette ? Elle soupira, restant encore dans cette position. Elle ne bougea pas, la nuit tomba et elle était encore là, à penser. Penser à son passé, pourquoi y retournait-elle ? A Shim, pourquoi avait commencé à l'apprécier ? A Yassine, ou était-il ? Puis elle entendit des bruits de pas, elle ne bougea toujours pas.

« Je t'apprécie moi ... » murmura-t-elle.

Les bruis de pas approchaient encore et la fille resta encore. Et si elle sautait ? L'idée passa dans son esprit. Au moins elle serait tranquille ensuite non ? Elle pourrait. Elle se mit debout, observant le vide. Puis elle l'entendit. Il était juste derrière elle, essoufflé, il s'approcha, caressant la cascade bleu de la jeune fille. Puis il attrapa son poignée et elle dut se retourner pour le voir. Un regard inquiet, un souffle irrégulier.

« Dis voir, t'allais pas te jeter là-dedans quand même ?
- Non.
- Sure ?
-Oui, on rentre ? J'ai froid ... »

Le garçon lui donna sa veste, elle ne refusa pas. Yassine. S'il ne serait pas venu, elle se serait sans aucun cas suicidé. Merci. Ils rentrèrent. Un silence fit place entre les deux durant tout le trajet. Une fois à la villa, elle prit un bain. Un long bain mousseux, elle en avait bien besoin. Oui, ça l'aidait à se détendre. Elle faillit s'endormir dans la baignoire alors elle sortit. Pour une fois, elle s'endormit sans un gramme d'alcool ou de drogue dans le sang.
Le lendemain le réveille fut plus simple que d'habitude. Elle était l'une des premières debout, Khalys lui avait préparé son petit-déjeuner. Une façon de se faire pardonner ? C'est vrai que depuis un moment ils ne se parlaient plus, une façon de reprendre contact avec elle ? Elle n'allait pas le rejeter. Elle s'assit donc en face de lui et ils mangèrent en silence. Suite à ça elle monta dans sa chambre pour s'habiller : short, tee-shirt et botte clouté et la voilà déjà dehors. Pour quoi faire ? Bonne question, Khalys qui lui avait dit l'emmener quelque part. Yassine dormait debout, comme quoi il avait le sommeil lourd et le réveil difficile celui-là. Puis ils arrivèrent enfin au lieu. Franchement, si elle aurait pu, elle se serait sauvé. Sauf que là Khalys insistait pour rester, Yassine n'était pas contre. Ils disaient finir quelque chose, une vengeance ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Sam 23 Nov - 23:55

La nuit fut courte. Comment trouver le sommeil ? Je me sentais presque brûler intérieurement. Des images revenaient sans cesse, aléatoires, comme un livre dont on aurait relié les pages sans se soucier de la cohérence de l’histoire. Pourquoi me demander c’que j’en pensais ? On ne m’avait jamais demandé mon avis dans la vie. Marche ou crève, n’allez pas appeler ça un choix. D’autant que la mort ne m’avait pas non plus été accordée jusqu’ici, à croire que je n’avais jamais été rien de plus qu’un pion sur l’échiquier.

Alors pourquoi ? Rien n’allait jamais comme je l’aurais voulu avec ces choses là. Il n’y avait jamais de choix. La réponse est déjà tracée, choisit l’une ou l’autre, l’issue sera la même. Tous les chemins mènent à Rome, hein ?

Réveillé, je l’étais depuis longtemps déjà, allongé sur mon lit à fixer le plafond. Mais à quoi bon se lever quand on n’a rien à faire ? Je regardais les secondes s’égrainer unes à unes.

Tic... Tac... Tic...Tac...

Aucune horloge dans la pièce, mais toujours ce battement régulier qui résonnait dans mes oreilles, oppressant. J’avais beau me retourner, m’enfouir la tête sous l’oreiller, ils n’en étaient que plus persistants. C’est bon, tu l’as trouvée, ta motivation ?

« Merde... »

Je bondis enfin hors du lit et me trainait jusqu’à la salle de bain pour prendre une longue douche brûlante. C’était agréable, je concentrais plus facilement mes pensées sous l’eau chaude, encore plus quand je me sentais fiévreux. Après une quinzaine de minutes à rêvasser, je finis par sortir et m’habiller. Je pris juste le dernier croissant qu’il me restait pour déjeuner et m’entendis à nouveau sur le lit, sentant encore ma peau me brûler sous les vêtements. Ce n’était pas vraiment une douleur, plus une sensation bizarre. Bon... y s’rait temps de se lever et de bouger un peu, sans doute. Qu’est-ce que t’attends, qu’il neige ?

Je soupirai, constatant qu’à ce rythme j’allais encore ne rien faire de ma journée. Oh, chouette, pour changer. Et pourquoi avais-je cette soudaine envie de m’entrainer à manier mes pistolets, au juste ? Ah, vraiment...

* * * * *
Enfin dehors. Il faisait froid, le vent soufflait fort. Je repensais déjà à Cocaïne. Qu’avait-elle donc, à hanter ma pensée ainsi ? C’était si calme, hier soir. Aurai-je du sauter ? Peut-être que je n’en étais tout simplement pas capable. En y repensant, j’avais toujours cette sensation de dire n’importe quoi en sa présence. Je disais toujours n’importe quoi quand j’étais déprimé, d’un autre côté.

Je secouai brusquement la tête, sortant de mes pensées. Tiens, perdu... encore. J’avais marché plutôt vite tout ce temps, sans vraiment regarder où j’allais. Je cru reconnaitre le quartier nord, curieuse coïncidence. Hm... A un coin de rue, un groupe de personnes semblait attendre. Hmpf, règlement de compte, à cette heure ? C’était pour le moins curieux... qu’importe, j’allais passer mon chemin lorsque je une limousine noire venir s’arrêter non loin d’eux. Renforts ou ennemis ?... Attends voir, c’était celle de Rosie ?!

« Cette sal...
- Il est temps d’en finir. »

La voix venait d’un des hommes qui venaient de sortir de la voiture. Ils n’étaient pas plus de quatre ou cinq vu de loin, sans doute armés jusqu’aux dents. Mais j’hésitai à m’approcher, ce serait stupide d’être un dommage collatéral. Pourtant, j’avais une folle envie de me défouler... oui, une folie destructrice, innarrêtable, incontrôlable...

Mon bras trembla nerveusement, glissant jusqu’à mes pistolets. Un sourire triste se dessina sur mes lèvres alors que je pointai le canon sur le groupe d’ennemis. Une détonation. Plus aucune sensation, plus rien. Un des hommes tomba, mortellement touché. Dieu que j’aimais mes balles explosives.

« Encore lui, il est pas mort ?!
- Eh, merde. »

Je me jetai à terre vers un angle dans lequel ils ne pourraient m’atteindre, évitant une salve. Pas de temps à perdre, il fallait courir à présent. Inutile de se perdre en réflexions pour le savoir. Qu’est-ce que j’ai encore foutu...


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Dim 24 Nov - 12:47

Cette nuit-là elle avait dormit dans les bras de Yassine. Dans ses bras chauds et réconfortant. Elle n'avait rien bu ou fumer. Elle était clean. Cocaïne avait chargé ses hommes de retrouver la trace de l'autre peste et ils l'avaient trouvés, c'était une bonne nouvelle. Normalement ils devraient les rejoindre dans pas longtemps. Après une bonne douche froide, la jeune fille s'habilla léger -comme à son habitude- et sortit sans déjeuner alors que Khalys essayait de la forcer. Rien à faire, elle n'avait pas faim. Son arme en poche, chargée, elle monta dans la voiture. Yassine suivit avec Khalys. Pas besoin de plus.

Un règlement de compte.

C'était étrange que ça soit la peste qui donne rendez-vous. Peut-etre voulait-elle en finir une bonne fois pour toute ?

Cocaïne aussi.

Une fois sortit de la voiture, ils étaient là. Rosie et cinq hommes. Cependant elle savait qu'il ne devait pas en avoir que cinq. La fille aux cheveux bleu leva un sourcil quand elle entendit le rire cristallin de la peste.

- Vous pensez avoir une chance à trois ?
- Pfeuh, c'est mauvais de tricher tu sais ?

Bien sur qu'elle s'en moquait. Sans attendre, la fille se jeta sur le coté, derrière sa voiture pour éviter les balles. Jusqu'à ce qu'elle entende une détonation. Ce n'était pas l'arme de ses hommes et encore moins de ceux de Rosie. Une balle explosive ? Puis elle le vit. Shim ?! Qu'est-ce qu'il fichait là ? Elle soupira, pourquoi devait-il être là quand il ne fallait pas ? Il allait se blesser et elle n'osa pas imaginer le perdre pour de bon ... Elle prit une grande inspiration et se retourna pour tirer. Elle visait Rosie. Raté. Celle-ci monta dans sa limousine et partit en riant à nouveau. Les hommes de Rosie commençaient à foncer sur Yassine et Khalys. Shim s'était caché, la fille ne le voyait plus. Avait-il fuit ? Elle l’espérait.

Un visage sérieux, elle ne devait penser à rien. Aucune émotion. Elle se releva et un homme lui fonça dessus. Elle lui mit un coup de pied au niveau de ses parties génitales, chose qui plia l'homme en deux. Puis avec son arme elle frappa l'homme au visage et un coup de pied au niveau de son abdomen et le voilà qui reculait, tombant par terre, lâchant son arme. La fille partie en sa direction. L'arme vivante était en marche. Celui-ci posa ses mains sur son visage quand la fille pointa son arme sur lui.

- Moins un. On ne lâche jamais son arme. On s'y accroche. Sinon ...

Sinon ? C'est la mort. Sans plus attendre, afin de ne prendre aucun risque elle tira une balle au milieu de ses yeux. Le corps tomba une bonne fois pour toute au sol, s'étalant en même temps que le sang qui coulait. L'arme vit une ombre, elle s'en approcha, lentement, prête à tirer. Elle s'approcha sans un bruit. Il y avait quelqu'un dans ce coin. Encore un homme à Rosie ? Un sniper ? Étrangement ça ne l'étonnerai pas. Sauf que ce ne fut pas le cas ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Dim 24 Nov - 15:46

Rosie était là. Suicidaire ? Non, mais pour rien au monde elle n’aurait raté ce spectacle. Sa victoire écrasante. Elle allait les briser. Tous, jusqu’au dernier. Le marché lui appartiendrait alors, Underland dans le creux de sa main. Elle souriait, un sourire malsain comme personne n’en faisait aussi bien. Les balles fusaient, mais aucune ne la touchait, ils enrageaient tous. Laissez votre colère s’exprimer... quand vous n’aurez plus de sang pour vous battre, ce serait elle qui règnerait sur ce champ de cadavres.

De mon côté, je fuyais. J’ignorai si un des hommes s’était lancé à ma poursuite ou non, s’ils s’étaient séparés pour me prendre en tenaille ce serait mauvais. Rester en place était la pire chose à faire, je devais bouger. Rejoindre l’autre groupe, peut-être ? Se regrouper pouvait autant être bénéfique que stupide dans de telles situations, il fallait réagir vite, et nous n’avions jamais le temps de réfléchir.

Arrivé à un autre coin de rue, j’entendis les pneus crisser. La salope se barrait. Je tirai une salve vers les pneus pour l’immobiliser, mais cela ne fit qu’éclater un peu le pavé. Le pare choc arrière tomba, mais ce n’était pas assez pour l’arrêter. Mon oreille siffla, je me jetai dos au mur sur le côté. Une balle ricocha, esquivée de peu. L’agresseur ne put cependant pas réagir à temps face à la riposte et s’ouvrit la tête contre le mur de béton après un bon coup de crosse sur le crâne. J’en profitai pour ramasser son arme et ses chargeurs, puis continuai ma fuite dans l’ombre silencieusement.

Me glissant furtivement au travers des ténèbres, je fus surpris de voir que quelqu’un m’avait repéré... et pas n’importe qui. Cocaïne, une arme pointée sur moi. Sur l’instant, je priai pour qu’elle ne m’ait pas reconnu. Qu’est-ce qu’elle fichait encore ici, debout au milieu de tous ses morts ? Lui poser la question équivaudrait à me la retourner, à coup sûr. Que faire ? Je voulais fuir, m’étendre sur ce lit que je n’aurai jamais du quitter aujourd’hui, ou peut-être partir à la poursuite de Rosie... et en même temps rester près d’elle ? Tant de contradictions que je ne parvenais à faire un geste pendant quelques secondes.

Je serrai le poing autour de l’arme que j’avais ramassée et sorti finalement de l’ombre, face à elle. Plus aucun homme de cette peste en vie dans les parages, en apparence du moins. Tant qu’on ne la tuait pas elle, cela ne servait à rien. Ses soldats se renouvelaient à l’infini, cinq-cents au moins avaient du tomber depuis le début de cette guerre stupide, et il y en avait toujours autant après nous. Elle avait encore fuit, mais ce retrait était prévu à l’avance. Elle envoyait ses hommes se faire tuer consciemment, pour son simple plaisir.

« On en finira jamais, à ce rythme. Dis... évite de t’faire tuer avant de l’avoir trouvé, ok ? »

Un vague sourire, et je tournai déjà les talons vers une autre destination. J’avais besoin de munitions cette fois, du lourd. Cette salope allait sauter, coute que coute.


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Mer 27 Nov - 20:43

Elle était tombée sur Shim. Cet idiot qui lui avait sauvé la vie, qui l'avait aidé, qui l'avait vu dans ses moments de déprimes et même pleurer. Qu'est-ce qu'il faisait là ? Il avait le don d’être présent quand il ne fallait pas, au moment au mauvais endroit. Son visage froid ne changea pas, elle se contenta de se retourner en silence, elle irait lui parler plus tard.

Disons qu'elle n'était pas en état de lui parler.
Tuer.
Sauver sa peau.


Se cachant à nouveau derrière la voiture, dos collé à la portière, elle se pencha légèrement pour voir ses ennemis. Une balle frôla sa joue, lui faisant une entaille au niveau de la joue qui se mit à saigner. Elle sentit le filé de sang couler, chatouillant légèrement sa joue, des picotements au niveau de l'entaille. Immédiatement elle se replaça à sa position initiale. Elle souffla un coup, n'affichant aucun douleur sur son visage. Puis elle vit une ombre s'approcher, un homme osait le corps à corps ? L'arme humaine recula, sortant un couteau de ses bottes. Brusquement elle se jeta sur lui, lui tranchant la gorge. Le sang giclait, tachant le visage de la fille aux cheveux bleus. Son couteau et ses mains étaient sales. Tant pis.
Elle reprit sa position initiale, rangeant son couteau puis visa. Un homme visait Yassine. Elle n'hésita pas et lui tira entre les yeux. Deux en moins.
Il n'en restait plus beaucoup. Encore quelqu'un.
Quelques hommes qui tombèrent au sol. Les balles volaient, essayant chacun d'atteindre leur cible. Certaines y arrivaient, d'autres non.
C'était enfin la fin de la guerre de cette nuit. Une dizaine d'hommes morts. Khalys était blessé à la jambe gauche, une balle dans le genou, et l'autre au niveau de sa cuisse. Et une au niveau du bassin. Il ne tenait plus debout. Il souffrait au sol. Yassine lui n'avait rien. Il se cachait derrière Khalys le malin. Alors Cocaïne aida autant qu'elle put Yassine à mettre Khalys sur la banquette arrière en l'allongeant.

- Tu montes cheffe ?
- Non, j'ai une affaire à régler.

Elle lui tourna le dos. Celui-ci lui tendit un mouchoir et un pansement. Trop gentil ce mec. Elle l'adorait. Mais ne le montrait pas. Il démarra la voiture et partit sans rien demander de plus. Ce qui est bien quand on dirige des hommes c'est qu'elle n'avait aucun compte à leur rendre. Ils n'avaient à rien lui demander, pas besoin de justifier. La fille aux cheveux bleus se regarda dans la vitre de la voiture. Avec son mouchoir elle appuya sur la plaie pour essuyer tout le sang qui coulait puis colla le pansement. Elle ne voulait pas le coller de travers non plus. Au moins elle n'avait plus de sang sur le visage, elle s'en sortait bien cette fois. Elle se souvenait que la dernière fois c'était Shim qui l'avait sauvé, retirant la balle de son pied avec un couteau sur un vieux matelas. Elle soupira puis se retourna pour aller le voir, lui faire face. Elle ne savait pas comment se comporter avec lui. Qu'est-ce qu'il représentait pour elle finalement ? Un allié ? Un simple ami ? Un homme qui était là toujours hasard ? Un homme avec qui elle possède une ennemie en commun ? Vraiment, fallait que quelqu'un lui explique. Les relations humaines ? Ce n'étaient pas son truc. Fallait lui expliquer, elle ne savait pas. D'ailleurs une fois devant lui elle ne prit pas la peine de lui demander ce qu'il faisait là. Elle attrapa le garçon par le col de sa veste pour qu'il se penche, approchant doucement ses lèvres des siennes pour l'embrasser. Elle osait coller ses lèvres aux siennes pour un doux baiser. Comment Shim allait le prendre ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Ven 29 Nov - 15:41

Le bouquet final. Un feu d’artifice mémorable, encore plus impressionnant que celui qui avait détruit le QG la dernière fois. Je ne savais même plus quels explosifs utiliser tant il y avait de choix dans la réserve, en fait, ce n’était pas mon truc les attentats planifiés. Tout en dernière minute, à l’arrache comme on disait. Et advienne que pourra.

De toute façon, il faudrait attendre un peu. C’était un peu tard pour les prendre de vitesse, et elle s’attendait surement à ce qu’on vienne préparés. Attendre la nuit... ? Plutôt demain matin... ou pas. Décidément, impossible de penser tranquillement avec tout ça. Et encore elle... un profond soupir de plus et je jetai le matériel dans une caisse, sortant de la réserve en claquant la porte métallique derrière moi. Fait chier.

Comme toujours, je serpentai silencieusement entre les ruelles pour ne pas me faire repérer. Fallait un sacré sens de l’orientation pour s’y retrouver ici. Ou de la pratique. Peu importe, après quelques virages je finis par déboucher sur une rue plus large et c’est là que je la vis. Une fois de plus. Qu’est-ce qu’elle faisait par ici ? Elle ne disait rien. Je la fixai, elle s’avança vers moi. Un peu plus. Elle m’empoigna le col, doucement, avant de... m’embrasser ? Mon cerveau se déconnecta instantanément. Ce n’était pas un rêve, elle l’avait vraiment fait ? Je n’en avais pas la moindre idée.

Il t’aura fallu souffrir pour comprendre ce qu’était le bonheur.
Il t’aura fallu mourir pour comprendre ce qu’était la vie.


Toujours rien. Pas un mot. Un instant si fugitif qui me semblait durer une éternité à la fois. Que devais-je en penser ? Tout cela ne faisait que m’embrouiller. Sans réfléchir d’avantage, je fermai les yeux et l’enlaçai tendrement, posant ma tête contre son épaule. Je n’avais aucune traitre idée de ce qui l’avait poussée à ce geste, mais moins encore de ce qui motivait le mien. Pourtant j’avais la sensation... que c’est ce qu’il fallait faire. Allez savoir, moi non plus je n’y comprenais rien, à ces choses là.

Parler... pour dire quoi ? Aucun mot ne venait, je ne parvenais qu’à ouvrir la bouche sans émettre le moindre son. Lui dire que je l’aimais... ? Ces mots me faisaient toujours aussi peur. Et après ce qui s’était passé hier soir, ce serait limite la pire connerie à dire.

As-tu ta réponse ?

Ma réponse à quoi ? Avais-je posé une question qui appelle une telle réponse ? Mes souvenirs s’embrouillaient, je voyais trouble. Je relâchai mon étreinte après quelques longues minutes, me détachant de son corps pour la regarder. J’avais déjà du mal à garder le contrôle face à elle, mais maintenant...

« Désolé... »

Je réalisai que je devais être rouge comme jamais après ça, c’était embarrassant. Je fis un pas en arrière maladroitement, mes jambes me lâchaient. Après quelques pas, je me retrouvai finalement dos au mur et me laissai glisser, m’effondrant ainsi sur le sol, à demi conscient. Franchement, y avait-il besoin d’en faire une telle scène ? Et pourtant...


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Dim 15 Déc - 17:19

Il ne la rejetait pas. Sur le coup elle se demandait ce qu'elle devait en déduire. Qu'il l'appréciait ? Un peu ? Beaucoup ? Qu'il ne la rejetait pas parce qu'il ne savait pas comment réagir ? Les sentiments et Cocaïne ? Deux choses incompatibles. Néanmoins ça faisait quelque chose à la jeune fille. Son cœur battait plus vite, elle ne comprenait pas pourquoi. Il la prit dans ses bras quelques instants. Étrangement elle se sentait ... Bien ? C'est ça. Elle voulait y rester encore quelques instants. Elle voulait qu'il ne la lâche plus et qu'ils restent ainsi. Mais il lâcha la jeune fille et recula de plusieurs pas. Il avait l'air ... frustré. Le visage rouge comme une tomate. Quand elle le vit dans cet état elle ne put s’empêcher de détourner quelques instants le regard en sentant ses joues rougir à leur tour. Qu'est-ce que tout cela voulait dire ? Elle savait que ce qu'elle venait de faire n'était pas anodin. Elle venait de poser ses lèvres sur les siennes. De l'embrasser. C'était son premier baiser. C'était agréable. Du moins pour elle.

Quand elle vit le blond se laisser glisser le long du mur, elle s'approcha timidement. Un pas hésitant. Elle ne savait plus quoi faire. Devait-elle le laisser là et partir ? Lui tourner le dos ? Devait-elle aller le voir pour lui expliquer son geste ? Elle ne le comprenait pas. Elle ne savait pas pourquoi il s'excusait. Regrettait-il ?

- Tu ... regrettes ?

La fille aux cheveux bleus s'accroupie puis posa ses mains sur ses genoux. Regretter quoi finalement ? De ne pas l'avoir repousser ? De l'avoir aidé lors de leur première rencontre ? Elle plongea sur son regard dans le sien. Elle voulait comprendre. Elle devait comprendre si elle voulait avancer.

- Tu ne m'as pas répondu hier, Shim ... Et je veux ... Savoir ... Comprendre ...

Hier ? Quand elle lui avait avoué l'apprécier, il ne lui avait dit si c'était réciproque ou non. Il l'avait laissé sans réponse. Au fond d'elle c'est comme si elle angoissait. Elle avait une boule au ventre, elle avait peur de sa réponse. Si elle lui disait ce qu'elle ressentait pour lui d'une manière plus claire, allait-il la rejeter pour l'éviter ensuite ? Qu'allait-il faire ? Qu'est-ce que leur relation allait devenir ? Après tout elle ne ressemblait pas à grand chose. Elle voulait savoir, il lui devait des réponses. Elle lui répondait, elle, alors pourquoi pas lui ? Pourquoi il aurait des réponses et pas elle ? Ne le méritait-elle donc pas ? Délicatement elle replaça une mèche de cheveux qui arrivait au visage du garçon puis reposa ses mains sur ses genoux, elle le fixait toujours. Devait-elle continuer ainsi ? A lui poser des questions. Elle voulait lui demander ce qu'il voulait, ce qu'il pensait, ce qu'il attendait de sa part.

- Shim ... Tu veux que je partes ?

Pourquoi lui demander ça alors qu'elle venait de l'embrasser ? Elle venait de lui montrer quelque chose d'important -du moins pour elle. Ses sentiments. Ses envies. Son attention qu'elle désirait lui porter. Mais lui, en voulait-il de tout ça finalement ?

Une boule au ventre.
Un cœur battant la chamade.
Un nouveau sentiment.
Avec des envies.


- Est-ce que ce que j'ai fais est mal ?

Elle ne voulait pas regretter. Elle l'avait fait de son plein gré, personne ne l'avait forcé à faire quoi que ce soit. C'était ce qu'elle avait envie. Mais elle n'avait pas prit en compte les envies du garçon. Égoïste ? Sans doute. Ou peut-être pas. Qui est le plus égoïste des deux ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Lun 16 Déc - 22:50

Tu regrettes ?... qu’y avait-il à regretter ? Il s’en était passé des choses, depuis tout ce temps. Qu’est-ce que j’y pouvais ? Regretter ne serait-ce qu’un instant, ce serait regretter tout ce qu’on avait fait pour en arriver là. Ma vie entière que je trainais comme une malédiction.

Mais elle, Cocaïne, en était venue à avouer des sentiments que je n’aurais jamais cru ressentir. J’avais cette sensation de changement, comme si je passai une porte qui se refermerait inévitablement derrière moi pour ne plus s’ouvrir. De quel côté se trouver ? Seul, bloqué derrière ou... de l’autre côté, avec elle ?

Elle s’accroupit à mes côtés, je vis ses yeux plongés dans les miens. Est-ce qu’elle s’inquiétait, qu’elle attendait une réponse ? Je n’en savais trop rien. Mon cœur commençait à battre plus fort chaque fois que je sentais sa respiration lorsqu’elle s’approchait. Mais je ne pouvais que l’éviter, je n’arrivais pas à soutenir son regard.

« Tu ne m'as pas répondu hier, Shim... Et je veux... Savoir... Comprendre... »

Tu m’apprécies ? ...
... Tu m’apprécies ?
... Tu m’apprécies ? ...

C’est vrai, je ne lui avais toujours pas répondu. Et je n’avais toujours pas la réponse...
C’est faux ...
... Qu’elle compte pour toi ?
... Pourquoi ne lui dis-tu pas ...

« Shim ... Tu veux que je parte ?
- Pas moyen... je posai soudainement ma main sur la sienne, un tremblement parcourant mon échine. Puis la deuxième. C’était sans doute ce que voulait dire cette expression, prendre son courage à deux mains. – Je n’sais pas quoi te dire mais... je n’veux pas que tu partes. »

Qu’est-ce que je devais faire à présent ? Les initiatives en terrain inconnu avaient toujours été éprouvantes pour moi. J’aurai pu rester planté là à ne rien faire pendant des heures si rien n’était venu. Il fallait quelque chose. Un signe, une occasion.

Une étoile dans le ciel pour exaucer nos vœux.

« Est-ce que ce que j'ai fais est mal ?
- Je n’en sais rien... mais même si ça l’est... je suis... le souffle me manqua à ce moment, m’empêchant de finir ma phrase. Cependant... je ne pouvais pas la laisser sans réponse cette fois. Il fallait lui dire... au moins une fois. – Je suis content que tu l’ais fais. »

Je n’aurai jamais cru pouvoir dire ces mots un jour. Encore moins ici. Curieuse chose que le destin, n’est-ce pas ? Mais ce qui est fait est fait, on ne peux rien y changer. Alors je passai mon bras autour d’elle et l’approchait doucement pour l’embrasser à nouveau. Une sensation brûlante et douce à la fois... légèrement différente de tout à l’heure. Peut-être parce que j’en étais pleinement conscient cette fois ?

Qui sait. S’il fallait se jeter à l’eau, autant que ce soit maintenant. Des instants courts peuvent paraitre une éternité, pourvu qu’on en profite... avant qu’il ne soit trop tard.


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Mer 18 Déc - 18:45

« Pas moyen... Je n’sais pas quoi te dire mais... je n’veux pas que tu partes. »

Shim prit la main de Cocaïne. Cela l'étonna. Il voulait qu'elle reste. Cela lui donna le sourire aux lèvres. Un sourire sincère qu'elle n'avait presque jamais montré. Le simple fait qu'il ose dire qu'il la voulait encore un moment à ses cotés lui faisait tellement plaisir. Non, elle ne pourrait toujours pas définir sa relation avec ce garçon néanmoins c'était quelque chose de positif. Très positif. Ça lui faisait chaud au cœur. Cocaïne à la recherche du bonheur. Arrivait-elle enfin à s'approcher de son objectif ? Elle avait l'impression de le frôler du bout des doigts. Encore un peu de bonheur. De sincérité. Encore un peu Shim. Elle avait l'impression qu'il pouvait l'aider à aller mieux -après tout faut le faire pour faire sourire la fille aux cheveux bleus. De plus il lui dit qu'il était content de ce qu'elle venait de faire. C'était comme si elle avait fait le premier pas vers lui finalement. Comme si elle s'était confiée à lui ... Et qu'il ne l'avait pas rejeté -du moins pour l'instant.

La fille aux cheveux bleus se retrouva à nouveau dans les bras de Shim. De ce garçon qui arrivait à faire battre son cœur. Un nouveau baiser; un baiser venant du garçon cette fois. Ce fut un baiser plus doux. Plus appréciable que le précédent. Ça venait de Shim après tout, elle l'avait sans aucun doute chamboulé tout à l'heure -elle était un peu brusque mais son baiser n'était pas agressif. Elle y répondit avec toute la douce dont elle était capable. Elle voulait rester encore dans ses bras. Quelques instants. Des instants précieux. Il lui était précieux finalement. Elle qui avait si peu de moments heureux, la prison était un paradis pour elle. C'est vrai qu'il y avait la drogue et l'alcool qui pouvait la tuer à tout moment mais elle s'en fichait bien. Au moins ici elle était libre de ses mouvements et elle pouvait choisir qui apprécier ou non. Comme elle avait choisit d'ouvrir son cœur à Shim. Sur le coup elle ne savait pas si elle faisait quelque chose de bien pour leur relation, mais elle voulait qu'il sache. Ne pas le laisser dans l'ignorance. Il avait le droit de savoir, alors autant ne pas le priver.

Quand le baiser prit fin, la jeune fille plongea à nouveau son regard dans celui du garçon puis finit par poser sa tête au creux de son cou. Elle le serra contre elle, elle ne voulait plus le quitter, pas tout de suite.

- Je ne veux pas que tu me lâche ...

Lui dire ou ne pas lui dire ? Elle hésitait. Ce n'était pas de simples mots après tout. Des mots que l'on ne dit pas à la légère.

Je t'aime.
Je t'admire.
Je t'apprécie.
Je te veux à mes cotés.


Comment pouvait-elle lui dire tout ça ? Elle se blottit dans ses bras, fermant quelques instant les yeux. Elle était sereine. Elle se sentait bien. Elle avait des papillons dans le ventre. Elle n'était plus une arme humaine à cet instant.

- J'aimerai rester ainsi encore longtemps ... Je me sens tellement bien dans tes bras.

Elle était sincère. Peut-être un peu trop. Elle avait l'impression de vivre un instant unique. C'était la première fois qu'elle s'attachait autant à quelqu'un. Faisait-elle trop vite confiance au garçon ? Dans tous les cas elle savait que cette relation risquait d'avoir un impact sur son métier. Après tout dans son milieu elle restait toujours seule. Est-ce bon d'apporter quelqu'un de l'extérieur ? Fallait-elle qu'elle quitte son milieu pour le sien ? Allaient-ils tout oublier ou tout cacher ? Ou en sont-ils ? Trop de questions d'un coup en tête.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Ven 20 Déc - 21:07

C’était étrange de la voir ainsi. Différente. Cocaïne n’avait jamais été comme ça avec lui. Avec personne d’autre, sans doute. Il y avait toujours eut ce blocage, cette distance entre nous. Un mur invisible. Avais-je réussi à le faire tomber, ou plutôt, l’avait-elle réussit d’elle-même ? Aucune fille ne s’était jamais comportée ainsi avec moi, même sans nécessairement penser au baiser. Une douceur que je n’aurai jamais cru toucher, toujours lointaine jusque là, comme un rêve. Une chaleur que je croyais disparue. Un sentiment inconnu, peut-être ?

« Je ne veux pas que tu me lâche... »

Je la sentis se blottir dans mes bras, son cœur battant le mien. Elle devait l’entendre aussi, n’est-ce pas ? J’avais passé les années de ma vie à m’esquiver dans l’ombre, à dissimuler ce que je ressentais vraiment. Pouvais être sincère avec elle, même à ce moment ? C’était trop difficile de le savoir.

« J'aimerai rester ainsi encore longtemps... Je me sens tellement bien dans tes bras.
- Tu crois vraiment que je pourrai te laisser partir après ça ?... »

J’avais toujours eut peur de la solitude, au fond. De trop m’attacher et d’être abandonné, laissé seul dans les abysses de l’humanité. Mais je m’y étais rendu seul, personne ne m’y avait fait sombrer. Personne ne m’avait empêché d’y tomber, devrais-je dire ? Et maintenant... devais-je toucher le fond pour atteindre les étoiles ? Une métaphore bien philosophique, un peu trop pour moi sans doute.

Give my strength, Give me hope.
Reality can tear us apart, however…
In our hearts, we’ll be together.
Forever.
Mais elle devait savoir. Elle ne saurait jamais s’il ne lui disait rien, n’est-ce pas ? Il fallait lui faire confiance... au moins pour ça. Le premier pas. Le reste viendrait, mais pas sans un minimum d’effort.

« Si un jour on arrive à sortir d’ici... tu viendras avec moi ? Je laissai un silence, cherchant mes mots. – J’ai laissé quelqu’un là haut, quand on m’a envoyé ici. Je l’ai abandonnée... je ne veux plus que ça arrive encore une fois. »

Mon regard s’assombri à ces mots, je ne savais pas comment le dire. Et surtout, je ne voulais pas la rendre triste. Ce n’était pas le moment de jouer les dépressifs, elle semblait si heureuse... je ne voulais pas ternir son sourire. Pas maintenant.

« La dernière fois, tu m’as dit que tu cherchais du bonheur... On le trouvera. Tu sais... j’avais un rêve aussi, avant de tomber ici. Je voulais... regarder les étoiles avec quelqu’un qui... avec qui je pourrais partager ce sentiment. »

Les astres étaient magnifiques les nuits d’étés, ces chaudes nuits où nous dormions à la belle étoile. Des souvenirs inoubliables avec une personne que j’avais aimée. Une amie. Cocaïne en avait-elle eut, à l’époque ? Peut-être pas. En était-elle une à mes yeux, ou même plus encore ? Même à présent que je savais ce qu’elle ressentait...

Saurai-je un jour comment la considérer ?


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.
Drogué : individu coupé de la société, car la came isole.

Délits : 523
Date d'arrivée : 11/09/2012
Age : 21

Description fédérale
Crime: Difficile à dire
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Mer 25 Déc - 15:01


Il fallait qu'on lui explique tout. Pourquoi ils se comportaient comme ça ? Pourquoi elle souriait comme une enfant alors qu'elle n'avait jamais sourit de sa vie avant ? Pourquoi l'avait-elle embrassé déjà ? Elle n'avait pourtant rien consommé depuis un moment -et le manque se faisait ressentir. Pourquoi avait-elle des papillons dans le ventre ? Et pourquoi commençait-elle à s'accrocher à Shim alors qu'elle ne s'était encore accrochée à personne auparavant ? Il faut admettre quand elle y pensait elle ne se comprenait pas elle-même. Pas étonnant venant d'une ignare qui sait juste compter et chercher son intérêt dans chaque situation. Quel intérêt avait-elle à rester avec ce blond aux yeux bleus ? Ce n'était pas le premier homme à la prendre dans ses bras, alors pourquoi lui ? Pourquoi ses différences attiraient autant la fille aux cheveux bleus ?

« Si un jour on arrive à sortir d’ici... tu viendras avec moi ? J’ai laissé quelqu’un là haut, quand on m’a envoyé ici. Je l’ai abandonnée... je ne veux plus que ça arrive encore une fois. La dernière fois, tu m’as dit que tu cherchais du bonheur... On le trouvera. Tu sais... j’avais un rêve aussi, avant de tomber ici. Je voulais... regarder les étoiles avec quelqu’un qui... avec qui je pourrais partager ce sentiment. »

Sortir d'ici ... ? Un jour ? Elle n'y avait jamais pensé. Ah non. Elle ne voulait pas y penser, nuance. Pourquoi partir ? Elle était bien en prison elle. Elle aimait cette prison. Étonnant n'est-ce pas ? Mais quand on a connut que les laboratoires avec des piqûres et la torture, la liberté dangereuse est un vrai bonheur. Dangereuse oui, elle pouvait mourir n'importe quand. Et c'était pour survivre qu'elle s'était endurcie au point de devenir une arme humaine. Sans sentiment. Elle n'avait aucun regret quand elle tuait des détenus. Et encore moins quand elle pouvait en torturer. Underland était son terrain de jeu. Underland représentait sa liberté. Et Shim, qu'est-ce qu'il représentait ?
La fille leva la tete pour observer l'homme qui la tenait dans ses bras. Un regard sombre, la Cocaïne posa sa main sur la joue de Shim. Elle perdit son sourire, néanmoins elle n'était pas triste.

- T'es triste, Shim ? Cette personne était vraiment importante pour toi ?

Jalouse ? Sans doute. Elle aurait aimé être importante pour quelqu'un elle aussi.

Se sentir aimée,
importante.


Elle se demandait si c'était possible un jour.
Shim avait parlé d'étoiles. N'étant jamais allé à l'école ou encore à l'extérieur de son laboratoire, c'était un peu quelque chose d'inconnu pour elle. Elle hésita à lui demander ce que c'était. Sauf qu'elle voulait vraiment savoir, alors elle osa. Baissant la tête, elle chercha ses mots durant quelques instants.

- C'est quoi ... des étoiles ?

Elle se sentait bête. Néanmoins ce n'était pas sa faute. Elle se mordit la lèvre inférieure puis jetta un nouveau coup d’œil au garçon.

- C'est l'Enfer en haut ...

... Satan est le roi. Satan ou son père. Elle ne lui avait pas donné de réponse. Ni oui, ni non. Elle ne savait pas. Qu'est-ce ça lui apporterait de vivre en haut ? Elle avait assez souffert.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Je fais le monde à ma façon.
Je fais le monde à ma façon.

Délits : 881
Date d'arrivée : 29/10/2012
Age : 22

Description fédérale
Crime: Avoir une vision dérangeante du monde. Problem ?
Toutes ces petites choses à savoir:

MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   Sam 28 Déc - 19:43

Je sentis sa main sur ma joue. Son sourire s’était effacé, disparu comme s’il n’avait jamais été. Je ne compris pas de suite ce qui se passait, l’esprit trop embrumé pour penser clairement. Seule sa douce voix me parvint, comme une lumière isolée au milieu des ténèbres.

« T'es triste, Shim ? Cette personne était vraiment importante pour toi ? »

Importante ? Un peu, oui.

Non. C‘était la plus importante, du moins elle l’avait été. Alizire... m’avait-elle oublié depuis ce temps ? Des semaines, des mois, des années peut-être, autant de grains de sable représentant le temps qui s’était écoulé depuis notre séparation dans cet immense sablier.

« C'est quoi ... des étoiles ? Un regard, une hésitation. C'est l'Enfer en haut...
- L’enfer est partout. »

C’est vrai. Pourtant, nous avons tous un refuge quelque part, un paradis fragile où se recueillir pour y échapper. Le sien était ici, à Underland. Le mien était resté là haut, dans le monde d’où je venais. Comment lui expliquer ? Elle ne voudrait certainement pas remonter après ce qu’elle avait vécu.

Ce qu’elle avait vécu... un mystère encore. Le monde est cruel, ce n’était un secret pour personne. C’était tentant de savoir, mais... cela n’aurait apporté rien de bon. Chacun ses secrets, hein ?

« Les étoiles... c’est de l’espoir. »

Je levai les yeux au ciel, cette barrière qui nous séparait de la surface. Un autre monde qui avait des règles différentes, pourtant toutes aussi injustes. En haut comme en bas, l’issue restait la même. La mort.

Elle n’avait pas connu les étoiles. Elle n’avait jamais vu le ciel. Quel genre de vie était-ce là ? Personne ne méritait une existence comme celle-là. Pas étonnant qu’elle haïsse le monde d’en haut. Mais... d’une manière ou d’une autre, je lui monterai l’espoir. La vie.

Cette poussière dont nous faisons tous partis, et à laquelle nous retournerons tous un jour.

« Cette personne... c’était la seule pour qui je comptais, là haut. Ma seule amie... je lui ai promis que je reviendrais un jour. Alors... je ferai tout pour honorer cette promesse. »

Un soupir. Je ne le réalisai que maintenant, mais cela semblait impossible. L’espoir m’avait toujours aveuglé, il continuait d’essayer aujourd’hui encore. Ou simplement de m’ouvrir les yeux ? Je n’en savais trop rien. Dans tous les cas... je ne l’oublierai jamais. Les mots sur cette page ne seraient jamais effacés. Mais qu’en serait-il des nouveaux que l’on venait d’y graver ?

Une autre personne importante. Présente. Qu’espérait-elle de moi ? Je ne voulais pas la décevoir, pourtant j’avais l’impression de continuer à me comporter en égoïste. Qu’en pensait-elle, finalement ? Une question de plus qui ne changerait rien au problème.

Cette erreur... ne devait plus se reproduire. Jamais.

« Dis... tu comptes faire quoi, maintenant ? Je veux dire... on risque de mourir n’importe quand... si on se sépare... Je ne veux pas te laisser. »

Triste vérité. Ma vie, je m’en fichais un peu, je n’étais plus à un échec près. C’était trop d’effort pour survivre. Mais perdre quelqu’un... Non. Ne pas y penser. De toutes les fins, ce serait sans doute la pire. Alors... faisons tout pour l’éviter. Tout.


« Tous les rêves naissent pour être réalisés »

(♦️°~ Shim's theme [Memories] - To all people♦️)
(♦️°~ Shim's battle theme [Transe] - Red Love♦️)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[+18] Les larmes ne mentent jamais [Coca ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Underland :: RPG – Les alentours :: Le Parc d'attractions-